Le Royaume-Uni suspend une nouvelle fois l’exportation d’une œuvre de maître, cette fois-ci un autoportrait de Rembrandt

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 19 juillet 2013 - 597 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [19.07.13] – Le Royaume-Uni a pris la décision de refuser temporairement la délivrance d’une licence d’exportation pour un autoportrait de jeunesse de Rembrandt. L’intérêt artistique majeur qu’il présente justifierait sa rétention, alors qu’il a été acquis par le Getty Museum de Los Angeles. Elle offre ainsi du temps pour qu’un acquéreur britannique se substitue au musée américain, dans l’espoir que l’œuvre reste sur le sol du Royaume-Uni.

Selon une procédure spécifique aux biens culturels déclarés trésors nationaux, le Royaume-Uni manifeste une nouvelle fois son refus de voir partir une œuvre de maître du territoire britannique. Le ministère de la culture a bloqué temporairement l’exportation d’un autoportrait de jeunesse de Rembrandt qui avait pourtant été acquis par le Getty Museum, en refusant de lui attribuer une licence d’exportation, selon le Guardian. Les possibles acquéreurs britanniques disposent d’un délai de 6 mois qui a déjà commencé à courir (renouvelable) pour se manifester et débourser l’équivalent du prix auquel il a été vendu au musée américain, c’est à dire 16,5 millions de livres. Au delà de ce délai, la licence sera délivrée, et l’œuvre quittera définitivement le pays.

Le Royaume-Uni veille jalousement sur ses biens culturels et trésors nationaux, et use de cette procédure très régulièrement. Grâce aux documents disponibles sur le site artscouncil.org.uk , on peut constater qu’elle a utilisé cette procédure en moyenne 17 fois par an sur les dernières années. La France, qui dispose du même système, ne l’a fait valoir en comparaison qu’une dizaine de fois en moyenne de 1993 à 2007 , et pour seulement des artistes français, ou bien qui font partie intégrante de l’histoire de l’art français. Les trois critères à remplir pour enclencher cette procédure sont très subjectifs: il faut que le lien de l’œuvre avec l’histoire et la vie nationale transforme son départ en une véritable perte, ou bien qu’elle soit d’une importance esthétique exceptionnelle, ou bien encore qu’elle soit remarquablement significative pour l’étude de certaines branches de l’art, pour l’apprentissage, ou pour l’histoire.

Des critères ouverts, qui sont interprétés très souplement par les autorités. Ainsi, le Royaume-Uni a récemment pu bloquer l’exportation d’un tableau de Picasso qui n’a malgré tout pas trouvé acquéreur au Royaume-Uni, ou celle d’un tableau de 1320 de Pietro Lorenzetti qui a ainsi pu être acheté par la Ferens Art Gallery.

L’œuvre en question ici, pas plus grande qu’une carte postale, est un autoportrait peint de Rembrandt. Réalisée en 1628 environ, elle serait donc une œuvre rare de jeunesse s’insérant dans une longue série d’autoportraits du peintre et présenterait ainsi un intérêt esthétique et historique majeur justifiant son immobilisation.

Restée dans une collection privée pendant un centenaire, l’œuvre a refait surface il y a six ans dans une maison de ventes de province. Considérée comme une copie, elle avait été estimée à 1 500 livres. La rumeur sur l’attribution réelle de l’œuvre se propageant, une bataille d’ enchères s’était déroulée lors de sa revente à Moore Allen & Innocent Auction House dans le Gloucestershire où elle avait été acquis par un particulier pour 2,2 millions de livres. Son authentification par un expert reconnu du maître néerlandais, Ernst van de Vetering, avait alors fini de convaincre les intéressés. Le Getty Museum l’a alors acquis pour 16,5 millions de livres au printemps dernier.

Le ministère de la culture Ed Vaizey a selon le Guardian déclaré espérer « que le report de la délivrance de la licence d’exportation donnera assez de temps pour qu’un acheteur se présente et sécurise l’avenir de cette peinture importante pour la nation, afin qu’elle puisse être étudiée et appréciée de tous ».

Légende photo

Rembrandt - Rembrandt riant - source Getty Museum

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque