Le musée de l’Université de Brandeis fait appel à Sotheby’s pour louer ses œuvres

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 juin 2010

WALTHAM (ETATS-UNIS) [08.06.10] – Le musée de l’Université de Brandeis à Waltham dans le Massachusetts, en crise financière, a fait appel à la maison de vente Sotheby’s pour louer ses œuvres dans le but de générer des revenus supplémentaires.

L’Université de Brandeis (Massachusetts) qui a suscité la controverse en 2009 en annonçant la fermeture du Rose Art Museum, son musée d’art moderne fait aujourd’hui appel à la maison de ventes aux enchères Sotheby’s à titre de « courtier » pour définir un programme de location des œuvres de sa collection à d’autres musées ou institutions américaines.

Même si cette solution fait de nouveau froncer les sourcils de certains professionnels des musées, elle a un double mérite. D’une part, elle évite la vente des œuvres du musée, quelques 8 000 pièces parmi lesquelles des œuvres de Matisse, Jasper Johns, Andy Warhol, Robert Rauschenberg ou encore Roy Lichtenstein, d’une valeur qui approche les 265 millions d’euros selon le Boston Globe. D’autre part, cette solution permettra à l’université de générer de nouveaux revenus pour combler un déficit budgétaire estimé entre 8 et 12,5 millions d’euros.

Qu’un musée loue ses œuvres à un autre musée ou à une institution artistique et/ou culturelle est une pratique commune dans le monde de l’art, qu’elle que soit la forme qu’elle revête : frais de restaurations, frais d’encadrement… La nouveauté réside ici dans l’appel à une maison de ventes aux enchères, spécialisée comme son nom l’indique dans les transactions commerciales, pour se charger de la location.

Les détails du contrat entre l’université et l’auctioneer n’ont pas encore été révélés.

L’éventuel intérêt de Sotheby’s : s’octroyer la vente de la collection du musée si l’échéance se représentait à nouveau, sachant qu’en 2009, l’ancien directeur du Rose Art Museum, Michael Rish avait fait appel à sa rivale Christie’s pour estimer la collection.

L’idéal serait que les œuvres de la collection soient prêtées aux musées de la région de Boston de sorte qu’elles restent accessibles au public de Brandeis et aux étudiants de l’université selon le souhait des donateurs.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque