Vendredi 14 décembre 2018

La France veut prendre la tête de la lutte pour la culture au Moyen-Orient

Par Vincent Noce · lejournaldesarts.fr

Le 5 juillet 2016 - 674 mots

PARIS [05.07.16] - François Hollande a annoncé ce mardi 5 juillet au Louvre la tenue d’une conférence internationale contre le pillage et le trafic des biens culturels des pays en guerre, à Abou Dhabi en décembre, à l’occasion de la livraison du bâtiment du Louvre, qui devrait désormais ouvrir ses portes fin 2017.

« Le terrorisme s’attaque aux lieux de mémoire, à tout ce qui peut porter l’image de la civilisation... il veut éradiquer l’Histoire, effacer toute trace... il faut une réponse de la communauté internationale ». C’est en ces termes que François Hollande, le 26 mai dernier, a présenté au G7 au Japon un projet de conférence internationale de la culture contre le terrorisme qui a été adopté par les grandes puissances.

Le 5 juillet, il a annoncé au Louvre, en présence du Prince Abdallah, ministre des affaires étrangères d’Abou Dhabi, que la conférence, censée se dérouler au niveau ministériel, se tiendra en décembre précisément à Abou Dhabi. Les deux pays ont nommé des ambassadeurs extraordinaires pour préparer l’évènement, Jack Lang du côté français et Mohamed Khalifa al-Moubarak, un proche de l’émir d’Abou Dhabi, qui préside l’autorité de la culture et du tourisme qui est notamment chargé du développement de l’île des musées.

La conférence sera précédée d’une réunion d’experts, archéologues, conservateurs, responsables du patrimoine et des grands musées, nous a-t-on indiqué à l’Elysée. Au G7, à Ise-Shima, Jean-Luc Martinez avait présenté aux chefs d’Etat les 50 propositions du rapport que lui avait commandé le président de la République après les attaques contre le Musée de Mossoul et la cité antique de Nimroud, en mars 2015, dont certaines pourraient être mises en oeuvre en décembre par la conférence intergouvernementale. A l’Elysée, on parle d’une campagne mondiale, associant les Etats et les Nations Unies, mais aussi le secteur privé, à l’image de la grande mobilisation planétaire contre l’épidémie de SIDA.

La réunion sera l’occasion de marquer la livraison du bâtiment du Louvre à Abou Dhabi , édifié par Jean Nouvel, dont le chantier a encore pris plusieurs mois de retard pour une série de problèmes techniques. Même si aucune annonce officielle n’a été faite, il est désormais acquis qu’il ne pourra ouvrir ses portes avant le dernier trimestre 2017. Il faudra plusieurs mois pour la stabilisation des salles et l’accrochage et une inauguration lors de la campagne présidentielle a été écartée. L’été étant exclu à cause des températures qui peuvent dépasser les 50°C, l’ouverture est désormais remise un an plus tard qu’espéré.

Trois questions à Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe.

Vous avez été nommé envoyé spécial du président français pour la préparation de cette conférence. Comment considérez-vous cette tâche ?
C’est un évènement historique dont nous avons la charge. Nous souhaitons non seulement réunir les Etats mais aussi les grands directeurs de musées, des institutions culturelles, les mécènes pour traduire concrètement les propositions émanant de ce rapport contre le terrorisme et pour la préservation de la mémoire. Il faut trouver les moyens de la prévention et de la lutte contre les trafics.

Le Louvre prendra quelle part dans cette mobilisation, et comment s’articulera votre rôle avec celui du Louvre ?
Cette conférence est dans la suite logique du rapport de Jean-Luc Martinez demandé par le président de la République, qui est un texte excellent. Le rôle du Louvre sera donc central. J’ai dès ce mardi après-midi une réunion prévue avec mon homologue émirati, M. al-Moubarak, pour lancer cette initiative. Il m’est donc difficile d’entrer dans les détails, à ce stade.

Un des thèmes sur lequel a insisté François Hollande au G7 est la création d’un fonds spécial pour le patrimoine dans les pays en guerre. Mais il en existe déjà un, mis en place à l’Unesco....
Nous voulons une conférence d’action. Certaines des actions s’adosseront peut-être à l’UNESCO, tout ceci sera discuté. Mais nous cherchons l’efficacité, une mobilisation de tous. Vous le savez, le temps long des organisations internationales n’est pas toujours adapté à l’urgence de la situation. Nous voulons lancer une mobilisation universelle, ouverte à tous.

Propos recueillis par Vincent Noce
Légendes photos

Le président François Hollande lors d'une visite au Louvre avec Jean-Luc Martinez, Président-Directeur du Musée du Louvre, et le directeur du Rijksmuseum, le 10 mars 2016 © photo ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

Jack Lang © Photo MEDEF - 2008 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque