Vendredi 23 février 2018

La cour de Cassation ordonne la remise en état de la « Demeure du Chaos »

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 17 décembre 2009

LYON [17.12.2009] – La cour de Cassation a confirmé l’arrêt de la cour d’appel de Grenoble qui avait condamné Thierry Ehrmann à remettre en l’état « la Demeure du Chaos ». L’homme d’affaires et artiste compte poursuivre le combat devant la Cour européenne des droits de l’homme.

L’invocation du droit moral de l’artiste n’aura pas suffi à convaincre la cour de cassation. Celle-ci vient de confirmer, dans un second pourvoi, l’arrêt de la cour d’appel de Grenoble qui avait ordonné la remise en état de « la demeure du Chaos » , se plaçant sur le terrain du droit de l’urbanisme.

Ce relais de poste du XVIIe, situé dans une commune rurale de la banlieue lyonnaise, résidence de l’homme d’affaires Thierry Ehrmann ( fondateur d’Artprice ) et siège de son entreprise, a été transformé au fil du temps, depuis 1999, en une « oeuvre au noir se nourrissant du chaos alchimique de notre XXIe siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre » selon les termes de l’artiste. Celui-ci met en avant par ailleurs, le grand nombre de visiteurs qui se rendent dans un lieu « quasi muséal » .

La bataille judiciaire a débuté en 2004, avec la plainte du maire, furieux de la dégradation visible de l’extérieur d’un bâtiment ancien.

Thierry Ehrmann a indiqué dans un communiqué, qu’il comptait poursuivre le combat judiciaire devant la Cour européenne des droits de l’homme, se fondant sur la liberté d’expression de l’artiste.

Légende Photo

Demeure du Chaos - %26copy; www.999demeureduchaos.org

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque