Vendredi 6 décembre 2019

La cathédrale Saint-Nicolas de Nice fermée pour cause de litige entre l’association cultuelle et l’Etat russe

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 20 septembre 2011 - 253 mots

NICE [20.09.11] - L’association cultuelle orthodoxe russe proteste contre la gratuité exigée par la Fédération de Russie et ferme les portes de la cathédrale Saint-Nicolas. Cette fermeture est la conséquence d’un affrontement qui dure depuis 2006.

En dehors des offices et des journées du Patrimoine, il est à présent impossible de visiter à Nice la cathédrale Saint-Nicolas, propriété de la Fédération de Russie. L’Acor, association cultuelle orthodoxe russe chargée de la gestion de l’édifice depuis 1923, refuse en effet depuis le 12 septembre 2011 d’ouvrir le monument au public. D’après le recteur Jean Gueit, cette fermeture est la conséquence directe de la gratuité de visite imposée par la Russie. Sans droit d’entrée, il ne serait d’après le recteur « pas possible de payer les cinq salariés » assurant l’accueil et l’entretien du monument.

L’état russe entend néanmoins faire valoir ses droits de propriétaire et a d’ores et déjà missionné un nouveau recteur pour remplacer Jean Gueit. Selon ce père envoyé par le patriarcat de Moscou, l’Acor doit « appliquer les décisions de justice et libérer les lieux ».

Ce litige constitue en effet le dernier événement en date dans l’affrontement qui oppose depuis 2006 l’Etat russe et l’association cultuelle. Tous deux se disputent la propriété de la cathédrale orthodoxe. Au terme d’une longue bataille juridique, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé en mai 2011 le jugement du tribunal de grande instance de Nice datant de 2010. Celui-ci reconnaît la Fédération de Russie comme seule propriétaire du monument. L’Acor s’est depuis pourvu en cassation.

Légende photo

Cathédrale Saint-Nicolas à Nice - © photo Fryderyk - 2008 - Licence CC BY 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque