Lundi 10 décembre 2018

Tours (37)

Zofia Rydet, la révélation

Jeu de paume – château de Tours jusqu’au 28 mai 2017

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 17 janvier 2017 - 351 mots

Répertoire sociologique de Zofia Rydet (1911-1997) a débuté avec des photographies de personnes âgées ou de jeunes dans leurs habitations rurales réalisées dans la région montagneuse de Podhale, en Pologne, durant l’été 1978.

La photographe polonaise a alors 67 ans, une solide renommée nationale et considère que « l’image documentaire la plus simple, la plus ordinaire, recèle une grande vérité à propos du destin de l’homme ». Pendant douze ans, elle poursuivra son projet de documenter les intérieurs des maisons de son pays, multipliera les voyages en Pologne, mais aussi ailleurs, fascinée par ce que les cadres, les décors et les objets de ces demeures rurales, souvent vétustes, racontent de la personne qui les occupe et « de la société, de la civilisation et de la culture dont elle est issue ». Rares sont en effet, parmi les quelque 20 000 photographies réalisées durant ces années, celles d’appartements urbains, que la photographe juge « trop impersonnels ». Reste le protocole de prise de vue, immuable : frontale, au grand angle et au flash ; ce qui donne à l’ensemble une grande puissance d’attraction tant la force du réalisme et la rigueur de la forme reconduite à l’identique placent sur le même plan la personne photographiée et son cadre de vie. Les tirages modernes, quant à eux, reflètent le fait que, de son vivant, la photographe n’a développé que 1 à 2 % de ce répertoire.

Des différentes séries que Zofia Rydet a constituées à partir de ce gigantesque travail, Sebastian Cichocki, du Musée d’art moderne de Varsovie, et Karol Hordziej, de la Fondation des arts visuels de Cracovie, avec la Fondation Zofia Rydet, en ont choisi trois : Répertoire sociologique, Femmes sur le pas de la porte et Professions. La répétition accentuée par des formats de tirages à l’identique regroupés eux-mêmes par sujets (enfant, personnes âgées, téléviseurs…), le foisonnement de détails contenus dans chaque image et l’absence de cartels ouvrent à de multitude récits que la photographe a pris garde de ne pas mettre en mot, ni commenter. Après cette exposition, Zofia Rydet ne devrait plus être une inconnue en France.

« Zofia Rydet, Répertoire, 1978-1900 »

Jeu de paume - château de Tours, 25, avenue André-Malraux, Tours (37), www.tours.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°698 du 1 février 2017, avec le titre suivant : Zofia Rydet, la révélation

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque