Vendredi 23 février 2018

Mythe

Vues sur l’Eldorado

Le Journal des Arts

Le 24 juin 2009

Le Muséum d’histoire naturelle offre une approche pluridisciplinaire de l’« Or des Amériques ».

PARIS - Conçue par le Musée de la civilisation de Québec, l’exposition qui s’installe au Muséum national d’histoire naturelle à Paris déploie son propos selon un parcours à la fois chronologique et thématique. Sollicitant tour à tour la minéralogie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie ou l’économie, elle aborde sous leurs aspects les plus divers le métal précieux et la fascination qu’il a suscitée des deux côtés de l’Atlantique. Le « Buisson d’or », spectaculaire spécimen d’or sur gangue de quartz découvert en Californie – et pièce maîtresse des collections de minéralogie du Muséum – donne lieu à une mise au point sur les techniques d’extraction, mais l’objet permet d’élargir aussitôt le propos vers l’histoire de la traite des Noirs et celle du commerce triangulaire. C’est à l’image des branches foisonnantes du « Buisson d’or » que s’organise l’exposition. La puissance esthétique des parures des civilisations andines et précolombiennes est ainsi mise en perspective selon l’histoire des techniques (fonte et martelage), mais aussi l’étude de leur portée symbolique (dimension conférée par le travail de l’artisan), sociale ou religieuse (ces parures sont portées par les chefs lors des cérémonies). « Afin d’explorer les dimensions occultes derrière ces événements historiques, explique José Lopez Arellano, anthropologue et chef du Comité scientifique, il est nécessaire d’explorer les perceptions, les usages et les vertus que l’imaginaire social confère à l’or et les répercussions que les pulsions et les désirs humains ont exercé sur la vie, la culture et la structure sociale des Amériques. » Autant de pistes de recherches et de réflexion, autant d’entrées proposées au visiteur. Minéralogie et métallurgie, sciences d’ordinaire réservées aux initiés, sont ici abordées avec pédagogie. Tests d’oxydation des métaux, études de poids, recherches sur la fonte permettent ainsi de mieux comprendre l’intérêt porté au métal précieux par des sociétés aussi différentes. Des monnaies anciennes et des lingots d’or illustrent les dimensions économique et commerciale du phénomène et font écho aux images des grandes ruées vers l’or. Œuvres d’art, documents historiques, objets naturels ou archéologiques, photographies cohabitent, servis par une scénographie spectaculaire. Une exposition à l’image des innombrables métaphores suscitées par le précieux métal.

OR DES AMÉRIQUES

Jusqu’au 11 janvier 2010, Musée national d’histoire naturelle, 36, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris, tél. 01 40 79 56 01, www.mnhn.fr, tlj de 10h à 18h sauf mardi. Catalogue, éd. Septentrion, 205 p., 49 euros, ISBN 978-2-89448-546-0

Or des amériques

- Commissaires de l’exposition : Frédérik Canard, François Farge, Pierre-Michel Forget
- Nombre d’œuvres : 280

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°306 du 26 juin 2009, avec le titre suivant : Vues sur l’Eldorado

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque