Mardi 11 décembre 2018

Suisse

Vingt-cinq ans de plaisir

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 7 juillet 2009 - 385 mots

La Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, fête son anniversaire et invite des collections privées

LAUSANNE - Pour son vingt-cinquième anniversaire, la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne (Suisse), créée en 1984, a décidé de se faire plaisir. Forte de ses relations avec les collectionneurs du pays, l’institution s’est offert une exposition réunissant la crème de la crème des œuvres détenues en mains privées. Limitée à moins d’un siècle et demi de création (de 1873 à aujourd’hui), la sélection reflète ouvertement le goût des commissaires. Elle ne prétend en aucun cas dresser un panorama exhaustif des richesses helvétiques, ni n’entend développer une réflexion scientifique. Objet d’une récente rétrospective à la Fondation Gianadda toute proche (Martigny), Balthus ne fait ainsi qu’une brève apparition, avec un paysage, les organisateurs ayant privilégié les œuvres « fraîches ». Le parcours. fait néanmoins dans la continuité. En 1984, la fondation ouvrait ses portes en célébrant « L’impressionnisme dans les collections romandes », tandis qu’ici l’exposition débute avec le postimpressionnisme et s’étend jusqu’au contemporain. Autre clin d’oeil sous forme d’hommage, la fondation privée a fait appel à des collectionneurs particuliers pour fêter l’événement. On n’est jamais mieux servi que par ses pairs…
La douzaine de salles du parcours organisé par ordre chronologique réserve son lot de bonnes surprises. Ainsi de l’espace consacré à Max Ernst, avec L’Ange du foyer ou le Triomphe du surréalisme (1937), ou encore de la salle réservée à Ferdinand Hodler, tantôt classique (Le Couple, 1907-1908), tantôt inattendu (l’abstrait Paysage au bord de l’Arve, 1912). À signaler également, le superbe Nu (1911) de Vassily Kandinsky qui attend le visiteur sur le palier du premier étage. L’extension moderne du musée abrite la partie plus contemporaine (et la plus inégale) de l’exposition avec des pépites signées Francis Bacon (Figure in Movement, 1976), Anselm Kiefer (Sans titre, 1991) et Marc Rothko (No 15, 1952). Aujourd’hui, de plus en plus d’établissements proposent une sélection de chefs-d’œuvre provenant de prestigieux musées en dehors de tout propos scientifique. Des opérations qui n’ont bien souvent que des ambitions commerciales. L’exposition florilège à laquelle nous sommes ici conviés a été conçue grâce à la seule bienveillance des collectionneurs privés. Ne boudons pas notre plaisir.

PASSIONS PARTAGÉES

Commissaires : Juliane Cosandier, directrice du musée ; Rainer Michael Mason, historien de l’art
Nombre d’œuvres : 108 provenant des collections privées suisses

PASSIONS PARTAGÉES DE CÉZANNE À ROTHKO. CHEFS-D’ŒUVRE DU XXe SIÈCLE DANS LES COLLECTIONS PRIVÉES SUISSES, jusqu’au 25 octobre, Fondation de l’Hermitage, 2, route du Signal, Lausanne, tél. 41 21 320 50 01, tlj sauf lundi 10h-18h, 10h-21h le jeudi, ouvert le lundi 21 septembre, www.fondation-her mitage.ch. Catalogue, La Bibliothèque des Arts (Lausanne), 192 p., environ 37 euros, ISBN 978-2-88453-150-4.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°307 du 10 juillet 2009, avec le titre suivant : Vingt-cinq ans de plaisir

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque