Vendredi 14 décembre 2018

Viallat signe la soie

Quatre monographies en Rhône-Alpes

Le Journal des Arts

Le 20 octobre 2000 - 648 mots

Lyon, Villeurbanne et Saint-Étienne proposent un « parcours » dans l’œuvre de Claude Viallat. Le remarquable partage des rôles entre les partenaires permet de distinguer la nature des quatre monographies : au centre d’art le Rectangle les œuvres de commande, à l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) la rétrospective, au Musée d’art moderne de Saint-Étienne le soin de montrer les pans méconnus de l’œuvre, au galeriste Georges Verney-Carron les pièces plus faciles d’accès et à vendre.

RHÔNE-ALPES (de notre correspondant) - Quatre expositions consacrées à un même artiste, dans quatre lieux : voilà une démarche propre à attiser la curiosité. Quant l’artiste s’appelle Claude Viallat et qu’il décline un même “sigle” avec constance, les esprits risquent d’en être imprégnés sans effort. L’opération étant assortie d’un visuel efficace – les fameuses empreintes deviennent en huit lignes les sept lettres du nom de l’artiste –, personne ne devrait y échapper.

Pour le Rectangle, les Soieries Bucol ont donné des chutes ou des échantillons à l’artiste plus habitué aux bâches et aux imprimés bon marché. Le résultat est assez séduisant mais Viallat exploite avec plus de systématisation que d’invention les possibilités offertes par ce nouveau support. Tantôt il s’amuse à être criard, tantôt il fond son sceau dans ces tissus soyeux, tantôt il juxtapose de vulgaires toiles avec l’or des broderies mécaniques…

Indéniable sensualité
Mais au bout du compte, l’exercice demeure formel, même si une indéniable sensualité se dégage de certains tissages python en symbiose avec les ocelles viallesques. Ces faiblesses sont accentuées par un accrochage banal, qui juxtapose les peintures, alors qu’on aurait voulu les voir vivre et s’animer comme dans les belles photographies introductives du catalogue (120 F) sur lesquelles l’artiste déploie ses toiles.

Le visiteur sensible aux exercices monomaniaques ne doit pas manquer de se rendre sur le plateau de la Croix-Rousse à l’Espace Confluence de l’IUFM ou l’attend une minirétrospective témoignant de manière concise et efficace de l’esprit d’invention de Viallat à ses débuts. Avec un vocabulaire plastique volontairement limité, il démontre les facultés créatrices de la contrainte. Usant d’effet d’échelle (et de jeux de mots), il projette le visiteur sur le fil de la toile, agrandi pour l’occasion à une ficelle, parfois à une corde, voire à un câble d’amarrage. Viallat obtient alors ce qu’on pourrait voir au microscope… Il choisit aujourd’hui la facilité ornementale plutôt que la recherche picturale. Viallat savait plier dans un esprit proche de Hantaï (Colorants sur toile libre non apprêtée, 1974), faire montre d’une gestuelle lyrique (Peinture sur toile de bâche, 1984), utiliser l’espace avec des Fragments de filets trempés dans du Rubson et durcis (1974). Il n’a pas poursuivi ses expériences et on ne peut que le regretter.

À Saint-Étienne, des dessins jamais ou très peu montrés attendent l’aficionado. Le Musée d’art moderne qui a suivi le travail de Viallat depuis ses débuts, se flatte de conserver la plus grosse collection publique d’œuvres de l’artiste. C’est l’empreinte qui est au centre des pièces montrées et non plus la griffe : ce sont les mains de l’artiste, les traces des cordages qui laissent leur marque sur le papier. Enfin, à la galerie Georges Verney-Carron, on peut passer de la contemplation désintéressée à la possession bien réelle de “portes” en trompe l’œil.

- CLAUDE VIALLAT, Le Rectangle, jusqu’au 31 décembre, place Bellecour (Lyon-IIe), tél. 04 72 41 88 80, de 12h à 19h (lundi). IUFM, espace Confluence, jusqu’au 10 novembre, 5 rue Anselme (Lyon-IVe), tél. 04 72 07 30 30, du mardi au vendredi de 10 à 18h, le samedi de 10 à 12h et de 14h30 à 18h. Musée d’art moderne, La Terrasse, 42000 Saint-Étienne, jusqu’au 31 janvier, tél. 04 77 79 52 52, de 10h à 18h (sf mardi). Galerie Georges Verney-Carron, jusqu’au 10 novembre, 99 cours Émile-Zola – 69100 Villeurbanne, tél. 04 72 69 08 20, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h30.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°113 du 20 octobre 2000, avec le titre suivant : Viallat signe la soie

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque