Samedi 15 décembre 2018

Van Blarenberghe, miniatures et batailles

L'ŒIL

Le 1 février 2006 - 205 mots

Le tsar Pierre III de Russie, la marquise de Pompadour ou le duc de Choiseul comptent parmi les prestigieux commanditaires de Louis-Nicolas van Blarenberghe (1716-1794), peintre lillois comme son père Jacques-Guillaume et son fils Henri-Joseph. Miniaturiste de talent, il s’applique à illustrer la vie au XVIIIe siècle, dans un style qui évoque la peinture flamande, par la précision du détail et la multitude de personnages mis en scène.
C’est à Louis XVI que Louis-Nicolas doit sa plus importante commande, une série de Batailles pour le salon des jeux, le cabinet intérieur et le cabinet de la pendule à Versailles. La suite complète des 23 gouaches décrivant les campagnes militaires de Louis XV en Flandres est réunie pour la première fois dans le grand cabinet de madame de Maintenon. De belles études préparatoires sont simultanément présentées au musée du Louvre, qui reçut en 1907 un legs du dernier descendant des van Blarenberghe. À cet ensemble s’ajoute un choix d’œuvres issues de collections particulières peu ou jamais montrées.

« Les van Blarenberghe, des reporters au XVIIIe siècle », Louvre, place du Carrousel, Paris Ier, tél. 01 40 20 53 17, 27 janvier-30 avril ; « Louis-Nicolas van Blarenberghe à Versailles », château de Versailles (78), tél. 01 30 83 78 00, 10 janvier-30 avril.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°577 du 1 février 2006, avec le titre suivant : Van Blarenberghe, miniatures et batailles

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque