Dimanche 18 février 2018

Les Mayas

Une exposition unique

Le Journal des Arts

Le 12 septembre 2008

Selon Paolo Viti, directeur des activités culturelles du Palazzo Grassi, “Les Mayas”? devrait faire date.

Après les Phéniciens, les Celtes et les Grecs, pourquoi consacrer une exposition aux Mayas ?
Le Palazzo Grassi poursuit son programme d’expositions consacrées aux civilisations antiques. Avec les Mayas, il entend sortir pour une fois de la culture européenne, afin de donner sens à sa vocation mondialisante : le monde ne se limite pas au bassin méditerranéen ni à l’Europe. Il fut un temps où les expositions remplaçaient les voyages ; elles peuvent aujourd’hui permettre de valoriser au maximum l’expérience du voyage.

En quoi cette exposition diffère-t-elle des “Mayas de Copán”, présentée à Milan et, en France, à l’abbaye de Daoulas ?
Même sans entrer dans la polémique [sur l’authenticité des pièces exposées], au moins deux ou trois stèles, parmi les monuments les plus importants de l’exposition de Milan, étaient des répliques. En outre, les “Mayas de Copán” ne présentait qu’un site, alors que nous offrons un panorama complet de la civilisation maya à travers au moins 55 sites... et pas la moindre réplique.

Les Phéniciens ont eu 750 000 visiteurs, les Celtes 800 000 et les Grecs 600 000. Les Mayas auront-ils le même succès ?
Les expositions archéologiques ont un avantage de taille : leur durée. Les objets de céramique, de pierre, d’obsidienne ou de jade défient les siècles. Ils peuvent être présentés pendant des mois et vus par le plus grand nombre. Par ailleurs, il s’agit de la première exposition de cette ampleur en Europe. On n’en reverra pas de semblable avant un demi-siècle, compte tenu des efforts que nous avons demandés aux gouvernements couvrant l’ancien territoire des Mayas et aux musées américains et européens.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°65 du 28 août 1998, avec le titre suivant : Une exposition unique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque