Un tour des galeries (II)

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 30 décembre 2009

LONDRES : À L’HEURE DE L’"ABSTRACTION GRUNGE"

La Stephen Friedman Gallery accueille Alexis Harding, spécialiste de l’"abstraction grunge", jusqu’au 1er juin. Le jeune artiste britannique présente ses toiles recouvertes de coulées de peinture humide, qui leur donnent l’apparence de peaux ridées ou de lits défaits. Une exposition de Yinka Shonibare se tient au même moment.

Jusqu’au 11 mai, Karsten Schubert présente le nouveau portfolio de Rachel White­read, Demolished, qui rassemble des photographies des tours de Hackney, prises avant et pendant leur démolition. Trente-cinq exemplaires numérotés seront mis en vente. Une exposition organisée par Martin Maloney, "Die Yuppie Scum", prendra le relais du 17 mai au 15 juin. La galerie Faggionato Fine Art propose une rétrospective des dessins et sculptures de Julio Gonzalez du 10 mai au 11 juin. Le catalogue illustré accompagnant l’exposition est préfacé par l’architecte espagnol Santiago Calatrava.

Calum et Callum
Des tableaux de grand format de John Murphy, des chiens entourés de constellations, sont exposés à la Lisson Galerie jusqu’au 26 mai. À l’étage supérieur, la galerie propose une exposition d’Anna Mossman qui, depuis trois ou quatre ans, utilise essentiellement la photographie.

L’artiste écossais Calum Colvin présente une série de photographies intitulée Ornithology à la galerie Jason Rhodes du 8 mai au 8 juin. Ces tirages cibachromes représentent des installations que l’artiste a créées en utilisant des objets trouvés lors de ses voyages ou dans des brocantes.

Les récents tableaux de Callum Innes sont exposés jusqu’au 18 mai à la Frith Street Gallery. Exécutées sur du papier paraffiné, ces œuvres sont à la recherche d’un équilibre entre la beauté discrète d’une esthétique minimaliste et le geste ample de l’abstraction.

Dans Cork Street, la galerie Browse & Darby accueille, du 3 au 30 mai, la dernière étape de l’exposition itinérante de l’œuvre de William Nicholson (1872-1949). Organisée par la Towner Art Gallery d’East­bourne, elle regroupe une sélection de paysages et natures mortes prêtés par des collections publiques et privées.

NEW YORK : SPOERRI EN "DÉTROMPE L’ŒIL"

Dans son nouveau local du 41 East 57th Street, la galerie Zabriskie présente jusqu’au 1er juin les récents "détrompe l’œil" réalisés par Daniel Spoerri. Dans ces œuvres sur papier, l’artiste développe un procédé qui consiste à rassembler des objets "trouvés" sur une œuvre d’art également "trouvée".

Du 4 mai au 15 juin, la galerie Gagosian accueille une importante exposition de Damien Hirst, intitulée "No Sense of Absolute Corruption". L’artiste britannique présente un choix très divers d’œuvres créées pour l’occasion, dont une série de sculptures, une peinture murale optique et un grand panneau publicitaire composé de lamelles mobiles.

Lance Fung, qui fut directeur de la Holly Solomon Gallery, vient de déménager au 537 Broadway, près de Spring Street. Pour l’inauguration de sa nouvelle galerie, il présente les travaux récents de Shikego Kubota, un artiste lié au mouvement Fluxus auquel le Whitney Museum of American Art consacrera une exposition cet été.

L’œil de Duncan sur Picasso
Soixante dessins exécutés entre 1958 et 1967 par Richard Dieben­korn sont exposés jusqu’au 23 mai chez Aquavella Contem­porary Art.

Une rétrospective de l’œuvre de Gregory Gillespie se tient jusqu’au 24 mai à la galerie Phyllis Kind, dans SoHo, tandis que la Forum Gallery – qui le représente depuis 1960 – expose ses peintures et dessins récents, également jusqu’au 24 mai.

À Gracie Mansion, Fred Dorfman propose jusqu’au 30 mai une exposition collective sur le thème de l’approche psychologique dans l’art du portrait, ainsi que des photographies de Jimmy De Santa, le nouveau portfolio de photogravures en couleurs de Laurie Simmons et des travaux de Judy Glantzman et David Sandlin.

La Max Protetch Gallery propose du 3 mai au 1er juin la première exposition personnelle de Thomas Demand aux États-Unis. Cet artiste allemand s’inspire de photographies pour construire des maquettes en trois dimensions, en papier ou en carton, qu’il photographie ensuite. La galerie propose simultanément une exposition de sculptures de Scott Burton, "Chaise Longings".

Barbara Ess expose jusqu’au 25 mai ses photographies les plus récentes à la Curt Marcus Gallery. Avec ces tirages de grand format, des compositions figuratives et des paysages, Barbara Ess continue d’explorer la relation entre l’hom­me et son environnement.

La Jan Krugier Gallery accueille jusqu’au 30 juin une importante exposition de photographies de David Douglas Duncan, "Alone with Picasso : Photographs by David Douglas Duncan and Works by Picasso in All Media" (lire p. 16-17), accompagnée d’œuvres de Picasso provenant pour la plupart de la collection de Marina Picasso.

Chez Adelson Galleries, "Jim Ritchie : Recent Works" rassemble 24 œuvres, dont 18 sculptures en bronze, en marbre et en argent, ainsi qu’une série de 6 dessins au pastel de cet artiste né à Montréal en 1929, qui vit à Vence et expose à New York pour la seconde fois ­(jusqu’au 4 mai).

ITALIE : LE BRITISH COUNCIL FAIT DES VAGUES

À Rome
Le British Council organise du 20 mai au 20 juin un festival d’art contemporain, intitulé "British Waves", qui commémore cinquante ans d’activité à Rome. Quinze galeries exposeront les œuvres de quinze jeunes artistes contemporains : Don Brown et Stephen Murphy (Galleria dell’Oca), Adam Chodzko (Studio Bocchi), Matthew Dalziel et Louise Scullion (Studio Miscetti), Ceal Floyer (Primo Piano), Douglas Gordon (Galleria Bonomo),  Gary Hume (Galleria Il Ponte), Steve McQueen (Sala Uno), Marc Quinn (Galleria Sperone), Julia Roberts (Accademia Britan­nica), Sam Taylor-Wood (Magazzini d’Arte Moderna), Gavin Turk (Galleria de Crescenzo) et Gillian Wearing (Galleria Mon­cada). Certains de ces jeunes créateurs avaient présenté leurs travaux en 1995 au sein de l’exposition "Gene­ral Release" à la Biennale de Venise.

À Naples
La galerie Lia Rumma prolonge durant tout le mois l’exposition de trois œuvres de l’Américain Gary Hill, Lion d’or de la sculpture à la Biennale de Venise : Leaning Curve (still point) (Courbe infléchie, point mort), de 1993 ; Clover (Trèfle) et Bind (Lien), de 1994. La galerie Theoretical Events expose jusqu’au 15 mai une trentaine de photographies de l’artiste américain Philippe-Lorca Di Corcia, déjà présentées lors de son exposition monographique au MoMa de New York en 1993. L’exposition Damien Hirst s’achèvera, elle, le 21 mai.

À Milan
La galerie Marconi présente des créations de Gastone Novelli réalisés entre 1959 et 1965. Ciocca Raffaellli expose jusqu’au 1er juin des œuvres récentes de James Brown.

À Turin
Daniele Gay expose une série d’aquarelles sur les thèmes du paysage et de la nature morte à la galerie Davico, du 10 mai au 2 juin. La galerie Del Ponte accueille jusqu’à la fin du mois une exposition consacrée à l’artiste turinois Carol Rama, "Œuvres de 1947 à 1983".

À San Gimignano
La galerie Continua s’aventure dans le merveilleux en exposant, du 18 mai au 30 juin, trois machines fantasmagoriques créées par Panamarenko : un sous-marin, un oiseau et un moteur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°25 du 1 mai 1996, avec le titre suivant : Un tour des galeries (II)

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque