Vendredi 13 décembre 2019

Un parallèle hasardeux

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2011 - 134 mots

PARIS - Après « Jackson Pollock et le chamanisme » en 2008, la Pinacothèque de Paris, propose un point de vue inédit sur un artiste du XXe siècle. Cette fois-ci c’est l’œuvre d’Alberto Giacometti qui est examinée à la lumière de l’art étrusque. Le point de départ de la réflexion est mince : une exposition au Louvre, en 1955, qui aurait marqué l’artiste. Si le parallèle entre les formes filiformes des statuettes d’offrants et les sculptures de l’artiste est troublant, l’exposition peine à convaincre. Certes, Giacometti a pu être inspiré par le mobilier funéraire antique, mais le doute subsiste quant à l’hypothèse qu’il l’ait été spécifiquement par les Étrusques.

« Giacometti et les Étrusques »

Pinacothèque de Paris, 28, place de la Madeleine, 75008 Paris, tél. 01 42 68 02 01. Jusqu’au 8 janvier 2012.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°353 du 23 septembre 2011, avec le titre suivant : Un parallèle hasardeux

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque