Mercredi 12 décembre 2018

Un Ange passe chez les Niobides

Ange Leccia donne vie aux statues de la Villa Médicis

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 février 1996 - 221 mots

Ange Leccia est de retour à la Villa Médicis, où il a été pensionnaire entre 1981 et 1983. Il s’est replongé dans les images physiques d’un passé mythologique – les statues des Niobides ornant les jardins de l’Académie de France à Rome – pour en tirer plusieurs images vidéo, qui sont autant d’\"arrangements\" à la manière de variations musicales.

ROME - Les œuvres qu’Ange Leccia projette aujourd’hui sur les murs de la galerie d’exposition de la Villa Médicis sont des images vidéo de détails, de regards, de gestes – en un mot, de l’"âme" – de plusieurs des statues exposées dans les jardins de l’Académie de France. Elles appartiennent principalement au groupe des Niobides, les quatorze enfants de Niobé tombés sous les flèches d’Apollon et d’Artemis. La légende veut que la mère éplorée ait continué de pleurer sa progéniture, métamorphosée en rocher d’où jaillisait une source. Ces transformations successives de la chair en pierre, puis en eau, et enfin en pure lumière, créent un univers dématérialisé, éthéré, où l’on devine la pensée de l’artiste. Passer à travers ces présences évanescentes, qui respirent et palpitent miraculeusement, c’est être confronté à un thème central de l’histoire de l’art : la volonté, tel Pygmalion, de donner vie aux statues.

ANGE LECCIA, Villa Médicis, Piazza Trinitá dei Monti, Rome, tél. (06) 67611, jusqu’au 25 février.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°22 du 1 février 1996, avec le titre suivant : Un Ange passe chez les Niobides

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque