Avignon (84), Aix-en-Provence (13) et Gordes (84)

Trois regards renouvelés sur victor Vasarely

Musée Vouland, Fondation Vasarely et Château de Gordes Jusqu’au 2 octobre 2016

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 24 juin 2016

Le feuilleton judiciaire concernant la Fondation Vasarely, commencé en 1992, s’achève enfin. Pierre Vasarely a été reconnu seul légataire universel de son grand-père.

Le temps est donc venu de redécouvrir, loin de toute pollution judiciaire, l’œuvre de Victor Vasarely (1906-1997), cet immense magicien des effets optiques. Pour fêter le 110e anniversaire de la naissance de l’artiste et les 40 ans du Centre architectonique d’Aix-en-Provence, Pierre Vasarely propose un parcours en trois étapes dans trois villes. Le Musée Vouland d’Avignon accueille cent cinquante œuvres permettant d’appréhender le cheminement de l’artiste, formé au Mühely de Budapest, où Alexandre Bortnyik transmettait les enseignements du Bauhaus allemand. Vasarely débute comme dessinateur publicitaire pour l’industrie pharmaceutique. En 1930, il décide de gagner Paris « capitale des arts », où il poursuit ses activités rémunératrices de graphiste. Fin 1939 a lieu la rencontre décisive entre Vasarely et Denise René, future galeriste historique de l’art optique et de l’art cinétique. Alors commence réellement la naissance de Vasarely « père de l’Op Art ». Cent cinquante œuvres, confrontées aux collections du musée d’arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles, permettent de suivre ce parcours jusqu’aux années 1980. Le château de Gordes, où Vasarely avait ouvert en 1970 un Musée didactique, fermé en 1996, présente des œuvres significatives ayant conduit l’artiste à créer un « alphabet plastique ». La troisième exposition, à la Fondation Vasarely, met l’accent sur les dimensions prospectives urbaines et architecturales d’un homme habité par la vision utopique d’une Cité polychrome du bonheur. Il ressort de ce parcours que Vasarely ne se réduit pas à ses constructions géométriques abstraites hyper maîtrisées et largement connues. Au-delà de son désir mégalomane d’anticiper les formes du futur, il fut aussi un chercheur certes rigoureux, mais aussi surprenant. Témoignant de l’intérêt toujours contemporain porté par de jeunes créateurs aux multiples paradoxes de la perception, neuf jeunes artistes proposent à la Fondation Vasarely une exposition, « Irisations », qui place l’œil du visiteur au cœur de nouveaux questionnements optiques.

Victor Vasarely. MultipliCITÉS et En mouvement, Musée Vouland, 17, rue Vitor-Hugo, Avignon (84), www.vouland.com

L’Art pour tous et Irisations, Fondation Vasarely, 1, avenue Marcel-Pagnol, Aix-en-Provence (13), www.fondationvasarely.org

L’Alphabet plastique, château de Gordes, Gordes (84), www.gordes-village.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°692 du 1 juillet 2016, avec le titre suivant : Trois regards renouvelés sur victor Vasarely

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque