Anniversaire

Sur un air de Berlioz

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 21 novembre 2003

La Bibliothèque nationale de France organise une grande rétrospective à l’occasion du bicentenaire de la naissance du musicien.

PARIS - Quelques mois après l’inauguration à La Côte-Saint-André d’un musée entièrement dévolu à Berlioz (lire le JdA n° 175, 29 août 2003), la Bibliothèque nationale de France (BnF), à Paris, consacre une grande rétrospective à cette figure majeure du romantisme français. Thématique, le parcours réunit près de 350 pièces, manuscrits, lettres, dessins, gravures, peintures, ainsi que des maquettes de décors, costumes d’opéra et instruments de musique. Chaque partie évoque une des multiples facettes du créateur : le compositeur et chef d’orchestre, mais aussi l’écrivain, le critique, le dramaturge. Après des expositions comme « Victor Hugo » ou « Zola », la BnF offre, une fois encore, une scénographie didactique et vivante. Dans des espaces conçus comme des cabinets de curiosité, les écrits et partitions autographes du maître sont mis en regard d’œuvres et de journaux d’époque qui plongent le visiteur dans l’univers romantique du XIXe siècle. Les somptueux costumes de scène créés pour les opéras Benvenuto Cellini et Les Troyens, ou les trompettes, clarinettes, timbales, cors et autres instruments qui trônent au milieu de l’espace principal confèrent à la visite un caractère ludique. Il est également possible d’écouter des morceaux de musique dans de petites alcôves, ou de consulter des cédéroms sur le musicien grâce à des bornes interactives.

Une passion toujours incandescente
De la Symphonie fantastique (1830), le premier grand ensemble instrumental de Berlioz qui ébranla le monde musical, subsiste un manuscrit de 290 pages. Celui-ci porte les traces de multiples repentirs et fourmille de recommandations révélant les méthodes de travail du musicien. Sont également présentés des documents relatifs à la cantate Sardanapale, grâce à laquelle Berlioz remporta le prix de Rome en 1830, aux Troyens – qu’il décrit lui-même comme « Virgilo-Shakespearien » – à Roméo et Juliette, sa troisième symphonie, composée en 1839, ou encore à La Damnation de Faust (1846), directement inspirée de l’œuvre de Goethe. Debussy disait d’ailleurs de Berlioz qu’il « est une exception, un monstre. Il n’est pas du tout musicien ; il donne l’illusion de la musique avec des procédés empruntés à la littérature et à la peinture ». La visite se poursuit à la bibliothèque-musée de l’Opéra, au palais Garnier, qui se consacre aux critiques musicales que Berlioz rédigea tout au long de sa vie. Deux expositions, pas moins, pour rendre hommage à celui qui aimait « de temps en temps à faire craquer une barrière, en la brisant au lieu de la franchir, écrivait en 1856 le compositeur dans ses Mémoires. C’est l’effet naturel de ma passion pour la musique, passion toujours incandescente et qui n’est jamais satisfaite qu’un instant ».

- BERLIOZ, LA VOIX DU ROMANTISME, jusqu’au 18 janvier 2004, Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Grande Galerie, quai François-Mauriac, 75013 Paris, tél. 01 53 79 59 59, tlj sauf lundi et jours fériés 10h-19h et 12h-19h le dimanche. Catalogue, coédition BnF/Fayard, 264 p., 45 euros. - BERLIOZ ET L’OPÉRA EN FEUILLETON, jusqu’au 18 janvier 2004, bibliothèque-musée de l’Opéra, palais Garnier, place de l’Opéra, 75009 Paris, tél. 01 47 42 07 02, tlj 10h-17h (sauf les jours de représentation).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°181 du 21 novembre 2003, avec le titre suivant : Sur un air de Berlioz

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque