Lundi 16 septembre 2019

Staron superstar

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2010 - 153 mots

SAINT-ÉTIENNE - Dès sa création en 1867, la maison Staron s’est spécialisée dans le ruban de haute qualité avant d’enrichir en 1928 son activité avec des tissus unis et imprimés destinée à la haute couture (Jeanne Lanvin, Nina Ricci, Elsa Schiaparelli…).

Le Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne rend hommage à Staron, dont les rubans et soieries reflètent les courants artistiques de la fin du XIXe et du XXe siècles. D’abord influencée par les tableaux tissés, spécialité de Saint-Étienne, l’entreprise s’est ensuite tournée vers l’Art nouveau et les motifs stylisés de Paul Poiret avant de puiser dans les créations Art déco et les modèles géométriques de Sonia Delaunay. De l’après-guerre aux années 1960, ses créations s’inspirent des collections
de musées ou d’artistes.

« Esprit Staron – Rubans, soieries et haute couture (1867-1986) », Musée d’art et d’industrie, 2, place Louis Comte, 42026 Saint-Étienne, tél. 04 77 49 73 00. Jusqu’au 24 mars 2008.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°270 du 30 novembre 2007, avec le titre suivant : Staron superstar

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque