Dimanche 8 décembre 2019

fondation

Sous le signe du taureau

L'ŒIL

Le 1 juillet 2001 - 297 mots

La ville de Martigny a récemment découvert les vestiges d’un mithraeum antique. Le culte de Mithra, fondé sur le sacrifice du taureau, se propagea dans l’armée romaine malgré ses origines orientales. Il s’inscrit dans une longue tradition cultuelle allant des peintures rupestres aux tauromachies de Picasso. C’est précisément cette survivance, relevée par Georges Bataille dans Soleil pourri, que Gérard Régnier, directeur du Musée Picasso et commissaire de l’exposition, a choisi d’étudier. Le Minotaure est un personnage clef dans l’œuvre du peintre espagnol ; il se retrouve aussi bien dans ses toiles peintes que dans ses sculptures, gravures et dessins. Picasso renoue avec l’Espagne qui l’a vu naître et l’Antiquité, en une communion où se mêlent corrida et mythologie. Cette thématique apparaît chez lui dans les années 30 peu avant la guerre civile espagnole et la Seconde Guerre mondiale. Agé de 50 ans, en pleine maturité, Picasso fait du minotaure, mi-homme, mi-animal, son emblème. « Le Minotaure de Picasso, écrit Kahnweiler, qui festoie, aime et se bat, c’est Picasso lui-même ». Ses Minotauromachies sont soit liées aux plaisirs de l’Amour, le dieu animal s’illustrant dans des scènes érotiques avec une jeune femme, soit servent d’exutoire à une rare violence, la bête fourrageant les tripes du cheval encorné dans l’arène. Le thème se teinte également de mysticisme, rejoignant le sacrifice christique du mont Golgotha (Crucifixion, 1930). Ainsi, en 1937, lorsqu’il élabore sa célèbre toile Guernica, ce sont les figures classiques de la corrida qui réapparaissent : le taureau, le cheval et la porteuse de fanal. Une centaine d’œuvres, confrontées à un échantillon de pièces préhistoriques et antiques, soulignent les incidences féroces et sexuelles du culte mithriaque sur le génial peintre andalou.

- MARTIGNY, Fondation Pierre Gianadda, 59, rue du Forum, tél. 41 27 722 39 78, 29 juin-4 novembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°528 du 1 juillet 2001, avec le titre suivant : Sous le signe du taureau

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque