Mercredi 21 février 2018

Sous la lumière du Nord

De Munch à Björk, un panorama de l’art nordique

Le Journal des Arts

Le 27 février 2009

Poursuivant ses grandes rétrospectives sur l’Expressionnisme en Allemagne ou le Constructivisme aux Pays-Bas, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris se penche sur la scène artistique nordique. De Munch aux créateurs contemporains en passant par Per Kirkeby, l’exposition « Visions du Nord » dresse un panorama du XXe siècle en Norvège, Finlande, Danemark, Islande et Suède.

PARIS - Triptyque conçu comme un tout, “Visions du Nord” offre un dialogue entre des œuvres fondatrices de la modernité, réalisées au début du siècle, et des créations contemporaines d’artistes originaires de Suède, Norvège, Fin­lande, Danemark et Islande. Ces deux axes, répartis entre le rez-de-chaussée et le premier étage du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, sont chronologiquement reliés par trois peintures monumentales et une construction en briques du Danois Per Kirkeby. Né en 1938, il est aujourd’hui l’une des figures majeures de l’art nordique.

La partie historique s’articule autour de la personnalité cosmopolite et complexe d’Edvard Munch, représenté par quelque soixante tableaux, des gravures et des photographies. L’œuvre du père de l’Expressionnisme n’est évoquée qu’à partir de son séjour à Berlin, en 1892. Munch aborde alors de nouveaux médiums – eaux-fortes, pointe sèche, lithographie et gravure sur bois – et délaisse l’Impres­sionnisme pour une concentration expressive des formes. Autour du Norvégien sont rassemblés des peintures et photographies de son ami le critique d’art et artiste August Strindberg, ainsi qu’une soixantaine de dessins du Suédois Carl Frederik Hill, une série de paysages du peintre finlandais Axel Gallen-Kallela et plusieurs autoportraits de sa compatriote Helen Schjerf­beck. Malgré les différences de styles et de genres, une même exploration obsessionnelle de l’homme se retrouve chez ces cinq précurseurs.

Au contraire, la section contemporaine met l’accent sur la singularité des démarches. Les photographies d’Esko Männikkö sur le thème de l’envahissement automobile en Finlande côtoient les peintures de la Suédoise Cecilia Edfalk et l’installation vidéo interactive du cinéaste Lars van Trier. L’ouverture sur d’autres expressions artistiques est d’ailleurs manifeste dans cette sélection. La chanteuse islandaise Björk participe, avec Jeremy Deller et Mika Vainio, à la réalisation d’une installation, tandis que le cinéaste Aki Kaurismäki présente, en regard d’un film inédit, les photographies prises lors du tournage.

VISIONS DU NORD : LUMIÈRE DU MONDE, LUMIÈRE DU CIEL, 7 février-17 mai ; PER KIRKEBY CRISTALLISATION, 7 février-17 mai ; NUIT BLANCHE, ARTISTES CONTEMPORAINS, 7 février-10 mai, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris, tél. 01 53 67 40 00, tlj sauf lundi et jours fériés 10h-17h30, samedi et dimanche 10h-18h45. Les trois parties de “Visions du Nord�? donnent chacune lieu à une publication.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°53 du 30 janvier 1998, avec le titre suivant : Sous la lumière du Nord

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque