Mercredi 19 décembre 2018

Somnambulisme, insomnies, rêves, cauchemars... État des lieux des troubles du sommeil

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 1 mars 2006 - 325 mots

Depuis le fameux Sleep d’Andy Warhol, l’art n’a cessé d’être captivé par ce moment d’abandon et d’exploration de l’inconscient aux manifestations plus ou moins discrètes aussitôt photographiées ou filmées.
Avec Somniloquie, Laurent Montaron offre au spectateur d’écouter des disques vinyles sur lesquels il a pressé l’enregistrement de personnes parlant au cours de leur période de repos. En résulte des moments troublants où se détache une voix un peu endormie racontant de manière extrêmement précise des situations qui restent floues.
Yann Toma accompagne le dormeur consentant comme on veille un mort. Après que l’artiste a lu le livre choisi par son « cobaye », il en capture l’image qu’il livrera au spectateur plus observateur que voyeur. Elie Cristiani a pour sa part tenu éveillé le philosophe Jean-Luc Nancy jusqu’à ses limites extrêmes, filmant cette résistance quasi inhumaine.

Petits désordres du sommeil
La nuit, on peut aussi attendre désespérément le marchand de sable. Claude Lévêque lui a d’ailleurs dédié une pièce spécialement créée pour l’exposition, Somnambule, fable bercée par le son du sable qui coule dans un environnement aliéné, éclairé au néon. Un état d’anxiété et de tension comme sait les composer Lévêque qui semble moins palpable ou épais dans la vidéo de Marie-Ange Guilleminot dont la crise de somnambulisme l’entraîne dans une balade urbaine à la lueur des phares de voitures.
Roman Signer, lui, reste dans son lit et tente de sombrer dans les bras de Morphée, un peu gêné il est vrai par un hélicoptère qui vrombit au-dessus de sa tête. Une saynète qui n’est pas sans rappeler les réveils bercés par la radio où la réalité brutale des combats, le compte des morts par attentats en Irak finissent par s’immiscer dans ses propres rêves, comme une claque de la réalité assénée aux rêves.
Que l’on se rassure, les œuvres ne donneront assurément pas envie de dormir, sauf peut-être celle de Bik et Jos van der Pol qui propose de se coucher et de dormir devant Sleep !

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°578 du 1 mars 2006, avec le titre suivant : Somnambulisme, insomnies, rêves, cauchemars... État des lieux des troubles du sommeil

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque