Samedi 24 février 2018

Semaine du dessin, le contemporain tient aussi salon

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 1 août 2007

Du 21 au 26 mars, le dessin est à l’honneur à Paris. Créé il y a seize ans, le Salon du dessin est le temps fort de cette semaine. Au total, trente et une galeries, dont quinze étrangères, présenteront des œuvres datées de la Renaissance aux années 1970 illustrant les écoles française, italienne, allemande, anglaise ou du Nord.
Parallèlement, une dizaine de musées et institutions organisent des expositions de dessins. « C’est une occasion unique pour le public de découvrir des œuvres inédites souvent confinées dans des salles non ouvertes au public, à l’abri de la lumière », explique Didier Aaron, l’un des organisateurs de l’événement. Soixante dessins inédits des plus grands noms de la peinture danoise du xixe siècle seront, par exemple, exposés à la Maison du Danemark et de superbes tableaux historiques de la Révolution française par Jean-Louis Prieur au musée Carnavalet. Le thème de cette année mettra en lumière les artistes collectionneurs de dessins.
Cette année voit aussi l’arrivée d’un tout nouvel événement. Le salon du dessin contemporain (œuvres datées de 1950 à nos jours) vient compléter la « semaine du dessin ». Créé par la galeriste Christine Phal, Laurent Boudier (critique d’art), Jean-Yves Mesguich (gérant d’une agence de communication) et Bernard Point (ancien directeur de l’école municipale des Beaux-Arts de Gennevilliers), ce salon compte attirer une quarantaine de galeries. « Il y avait un hiatus pour de nombreux artistes entre le prix du stand de certains salons et le prix auquel ils vendaient leurs œuvres. Lorsque les Salons Découverte et Saga ont fermé, il y a eu un vide. Et une place à prendre », précise Christine Phal.
Malgré plusieurs tentatives échouées, la galeriste et ses coéquipiers ont décidé de se lancer en octobre dernier, au moment où la Fédération française de football a libéré ses locaux du 60 bis de l’avenue d’Iéna. Dans cet immeuble prestigieux, 2 000 m2 seront utilisés pour les besoins du Salon. Seule contrainte pour les galeries présentes : un tiers de leur espace doit être dédié à un one-man show ou à l’intervention directe d’un artiste. « L’idée est de faire de Paris la capitale du dessin pendant une semaine. Si tout se passe bien, nous recommencerons l’année prochaine dans un autre lieu, en espérant que notre notoriété attire aussi des galeries étrangères ».

• Salon du dessin, Palais de la Bourse, Place de la Bourse, Paris IIe, tél. 01 45 22 08 77, du 21 au 26 mars 2007. • Salon du dessin contemporain, 60 bis, avenue d’Iéna, Paris XVIe, tél. 01 44 07 21 87, du 22 au 26 mars 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°589 du 1 mars 2007, avec le titre suivant : Semaine du dessin, le contemporain tient aussi salon

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque