Dimanche 21 octobre 2018

Sean Scully, peintures et gravures

L'ŒIL

Le 1 juin 2004 - 264 mots

La galerie Lelong, qui représente Sean Scully en France, propose de découvrir les peintures les plus récentes de l’artiste, immédiatement reconnaissables par l’usage de son vocabulaire habituel constitué de damiers, de bandes et de rectangles de couleurs. Avec une recherche toujours plus subtile de nuances, de force dans les rapports de couleurs, Scully – né à Dublin en 1945 –, poursuit le chemin qui a assuré sa renommée, en Europe comme aux États-Unis. Moins connue est sa production gravée. Elle est pourtant nombreuse, importante aux yeux de son auteur et vient de faire l’objet d’un don de ce dernier à la Bibliothèque nationale de France de cent cinquante pièces. Les estampes présentées au centre culturel irlandais, réalisées entre 1983 et 2003, sont le plus souvent inspirées par la littérature, et notamment par l’œuvre de James Joyce. Scully a produit quatorze gravures pour accompagner Pomes Penyeach (1904-1912), une suite de poèmes très autobiographiques de l’écrivain irlandais. Le travail abstrait, sensible, très intérieur de Sean Scully s’est également mêlé aux mots de Joseph Conrad en 1992, à l’occasion d’une édition de Heart of Darkness. Une facette de son œuvre à découvrir, complémentaire de l’œuvre peint. On retrouve dans ses estampes les mêmes jeux de lignes et le goût pour les constructions en grille, mais avec des contrastes plus radicaux et une énergie graphique nouvelle.

« Winter Robe », PARIS, galerie Lelong, 13 rue de Téhéran, VIIIe, tél. 01 45 63 13 19, 13 mai-10 juillet ; « Estampes 1983-2003 », centre culturel irlandais, 5 rue des Irlandais, Ve, tél. 01 58 52 10 30, 12 mai-10 juillet.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°559 du 1 juin 2004, avec le titre suivant : Sean Scully, peintures et gravures

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque