Vendredi 14 décembre 2018

Salomon, acte III

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 28 avril 2010 - 258 mots

2002, 2005, 2010… c’est avec irrégularité que les époux Salomon ont décidé de dévoiler leur impressionnante collection d’art contemporain.

Alors même que celle-ci se refuse à un médium exclusif, l’opus printanier se recentre sur le dessin et la peinture. « Nous voulons effectivement montrer notre attachement à ces deux médiums. C’est aussi le reflet d’une nouvelle direction dans laquelle s’engage notre collection. Il est certain que dans le contexte français, cela peut paraître comme un choix “politique”… »

Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’exercice n’a rien d’un instantané de la scène hexagonale. Sur la quarantaine d’artistes, même si plus de la moitié sont français, force est de constater la grande curiosité des Salomon pour d’autres scènes et une grande clairvoyance côté américain. Figure d’ailleurs à leur « palmarès », le jeune Ryan Trecartin (né en 1981) qui a déclenché l’enthousiasme critique à la biennale du Whitney à New York en 2006. Autour de pôles thématiques comme les cultures urbaines, le corps ou le paysage, des artistes nés pour la grande majorité dans les années 1970, s’adonnent à une peinture largement figurative.

L’occasion d’inviter Ludovic Paquelier à investir de ses muraux en noir et blanc très cinématographiques, le hall d’entrée du château. Après cette entrée en matière très influencée par la publicité, la science-fiction et un talent pour le slogan visuel, s’enchaînent les univers singuliers de Julien Beneyton, Jean-Xavier Renaud et Élodie Lesourd. Une collection résolument particulière.

« Collection 3 », fondation pour l’art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon, château d’Arenthon, Alex (74), www.fondation-salomon.com, jusqu’au 30 mai 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°624 du 1 mai 2010, avec le titre suivant : Salomon, acte III

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque