musée

Sade, surréel dans le sadisme

L'ŒIL

Le 1 décembre 2001

On connaît confusément les épisodes de la vie du sulfureux Donatien-Alphonse-François marquis de Sade (1740-1814), consacrée à braver tout conformisme moral, avec ses scènes de flagellation collective, de dégustation d’anis cantharidés et de scandales impliquant de petites filles. « Le nom seul de cet infâme écrivain exhale une odeur cadavéreuse qui tue la vertu et inspire de l’horreur », peut-on lire dans L’Ami des lois en août 1799. Le marquis, traqué de son vivant pour sa vie dissolue, incarcéré à plusieurs reprises, devait connaître une grande postérité auprès des surréalistes qui le hissèrent au rang de Divin Marquis. Pour eux, ce nom résume en effet tout ce qui les rassemble : l’amour-liberté-poésie-révolution-désir. Le paroxysme étant atteint en 1959, lorsque pour le 145e anniversaire de sa mort, Jean Benoît et Matta se marquent au fer rouge des quatre lettres de son nom. Véritable source d’inspiration littéraire et créatrice, il insuffle des poèmes à Breton et Char, des textes à Bataille et Klossowski, des scènes orgiaques à Bellmer et Masson, des films à Buñuel et Roland Topor... tandis que Maurice Heine et Gilbert Lely deviennent ses premiers biographes. Man Ray, auteur en 1929 de quatre photographies pornographiques illustrant les Quatre Saisons, dira : « De Sade nous a aidés à nous comprendre nous-mêmes. » Aux cimaises, des œuvres de tous ces artistes et bien d’autres, auxquels vient s’ajouter une redécouverte scabreuse : un rouleau manuscrit de 12 mètres de long sur lequel Sade avait inscrit 600 perversions. Une œuvre élaborée en prison, qu’il dissimula dans un godemiché en bois lors de son séjour à la Bastille !

- ZURICH, Kunsthaus, Heimplatz, 1, tél. 1 251 67 65, 30 novembre-3 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°532 du 1 décembre 2001, avec le titre suivant : Sade, surréel dans le sadisme

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque