Samedi 17 février 2018

Richesse du bijou contemporain

Le Journal des Arts

Le 21 septembre 2009

Le travail de huit créateurs installés à Bruxelles ou en Wallonie témoigne de la richesse du bijou contemporain en Belgique depuis les années soixante. De l’inspiration high tech aux pratiques plus traditionnelles, le bijou se décline sur tous les registres de la vie moderne.

SENEFFE (de notre correspondant). Thierry Bondridder, Michel Delpérée, Bernard François, Patrick Marchal, Michel Mousset, Émile Souply, Doris Stein et Claude Wesel sont réunis à Seneffe pour témoigner de la vitalité et de la diversité du bijou contemporain. Celui-ci a souvent déserté les magasins des joailliers pour quelques rares galeries spécialisées, à l’instigation de “Néon”, le pionnier, fondé en 1974. Ces bijoux avouent d’emblée leur parti-pris : s’émanciper de l’artisanat de luxe pour s’imposer comme une forme d’expression artistique à part entière. Si l’humour proche d’un Pierre Caille révèle en Thierry Bondridder un sculpteur souvent facétieux, le travail d’un Patrick Marchal fait de chaque bijou une micro-architecture qui obéit à ses lois et à ses mesures.  Les modèles varient selon le sens donné à l’objet. Le bijou fait désormais appel à des matériaux nouveaux et, souvent, peu coûteux. Démocratisé, l’objet apparaît souvent éloigné de ces résonances sociales qui faisaient du bijou traditionnel l’attribut de la richesse. Ici, des alliages non précieux à l’éventail des matières synthétiques, c’est davantage un certain type de rapport au monde qui semble mis en évidence. Ainsi, les références high tech et les structures chromatiques d’un Bernard François répondent à l’animisme organique et à l’inspiration naturaliste d’une Doris Stein. Au-delà de ses diversités, le bijou contemporain s’impose comme la parure futuriste d’une société de haute technologie qui fait de la virtualité sa réalité première. Dans le cadre néoclassique et lumineux de Seneffe, chacun trouvera bijoux à la mesure de sa vision du monde. À moins qu’à l’instar de Baudelaire, il ne préfère en imaginer la nudité portée.

BIJOUX D’ORFÈVRES CONTEMPORAINS EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE, jusqu’au 16 novembre, Musée de l’orfèvrerie de la Communauté française de Belgique, château de Seneffe, tél. 32 64 55 69 13, tlj sauf lundi 10-18h. Catalogue de 69 pages en couleur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°46 du 24 octobre 1997, avec le titre suivant : Richesse du bijou contemporain

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque