Dimanche 17 janvier 2021

Strasbourg (67)

Révolution gothique en ville

Musée de l’Œuvre Notre-Dame jusqu’au 14 février 2016

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 14 décembre 2015 - 298 mots

« Révolution gothique ». Le terme peut sembler excessif, mais comment qualifier autrement le bouleversement advenu au début du XIIIe siècle, quand le nouveau style a déferlé sur l’Europe, transformant la représentation humaine et la conception même de l’architecture ?

S’il fait florès en France, le gothique n’a alors pas encore conquis le monde germanique. La reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg constitue sa première incursion dans le Saint-Empire. Un moment décisif qu’analyse avec finesse le Musée de l’Œuvre Notre-Dame. L’ambition de l’exposition est double : remonter aux sources de ce renouveau esthétique tout en montrant l’impact de ce chantier qui fit de Strasbourg un modèle. Alors que l’édifice est rebâti dans un style roman tardif dès 1180, l’édification du transept sud marque une nette rupture. Avant 1225, un nouvel architecte-sculpteur, venu vraisemblablement de Chartres, conçoit un ambitieux programme sculpté. Soit un double portail orné de grands tympans, de statues colonnes formant un collège apostolique, sans oublier l’Église et la Synagogue. Les éléments lapidaires sont traités de manière inédite. Des drapés fluides enveloppent la silhouette souple de personnages qui exhalent une sensation de vie et de mouvement. L’Église et la Synagogue, qui sont toujours les fleurons du monument, rencontrent dès leur naissance un succès fulgurant. Faute de documents, l’enquête des commissaires repose essentiellement sur des hypothèses scrutant les transferts artistiques par la confrontation d’œuvres. Des sculptures de Chartres et de Bourgogne, affichant de troublantes similitudes, sont ainsi mises en regard des pièces strasbourgeoises. Tandis que des créations de Fribourg et Bamberg attestent de la propagation du style du « Maître du transept sud ». Les écueils inhérents à un tel sujet sont légion, à commencer par l’impossibilité de déplacer des éléments architecturaux. Avec une sélection restreinte mais pertinente, le musée réussit cependant une démonstration érudite mais accessible.

« Strasbourg 1200-1230, la révolution gothique »

Musée de l’Œuvre Notre-Dame, 3, place du Château, Strasbourg (67), www.musees.strasbourg.eu

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°686 du 1 janvier 2016, avec le titre suivant : Révolution gothique en ville

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque