Samedi 15 décembre 2018

Marseille (13)

Rêvez !

Musée Cantini Jusqu’au 22 janvier 2017

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 18 octobre 2016 - 353 mots

De tout temps, le phénomène du rêve a fasciné. Les civilisations anciennes élaboraient déjà de véritables théories à son sujet pour percer son mystère.

Au XIXe, de nombreux artistes ont représenté le rêve comme la révélation d’un univers autre, qui transfigurait la réalité objective. Au XXe siècle, les théories de Freud sur l’inconscient les ont révélés aux artistes comme la possibilité de transgresser les frontières de l’art. Pour guider le visiteur durant ce somptueux voyage onirique offert par le Musée Cantini, les commissaires ont privilégié le mode thématique qui recouvre les différents moments de la nuit : le sommeil, les représentations nocturnes, les fantasmes, le cauchemar, l’hallucination et le réveil.

À l’entrée, l’injonction au néon de Claude Lévêque est lumineuse : rêvez ! Dans une scénographie sobre et soignée, plus d’une centaine de chefs-d’œuvre choisis illustrent la manière dont les artistes ont représenté le rêve : Salvator Dalí, inventeur de la méthode paranoïaque-critique, dévoile ses visions d’un érotisme insistant à travers les grands mythes de notre civilisation et de notre art. Dans les jeux scénographiques de Magritte, on découvre des objets en situations incongrues tels que seul le rêve le permet. Miró laisse rêver son pinceau et venir à lui des mondes où le réel est revu et corrigé en toute liberté. Man Ray dessine les lèvres de sa compagne, Lee Miller, « qui ressemblent à deux corps enlacés ». Le rêve n’est pas toujours le « désir de l’âme », il y a aussi des cauchemars : Max Ernst propose des mondes étranges peuplés d’êtres hybrides fantastiques qui évoquent les représentations médiévales de Jérôme Bosch. Henri Michaux, adepte d’expérimentations en tous genres, drogues comprises, développe une recherche graphique dans laquelle il tente de trouver l’expression la plus profonde de l’inconscient. Les poupées sexuées et démembrées de Hans Bellmer, expressions de tous les fantasmes, nous conduisent vers un monde étrange et inquiétant, tandis qu’accrochée au-dessus de nos têtes, « la présence amicale » de l’araignée de Louise Bourgeois nous rassurerait presque. Le Chien andalou de Luis Buñuel, projeté dans une salle, nous laisse intrigués et songeurs. Une exposition… de rêve, à voir absolument.

Informations

« Le Rêve », Musée Cantini, 19, rue Grignan, Marseille (13), culture.marseille.fr

Légende Photo :
Man Ray, À l’heure de l’observatoire, 1970, lithographie sur papier, 68 x 104 cm, collection Clo et Marcel Fleiss, Paris. © Galerie 1900-2000, Paris

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°695 du 1 novembre 2016, avec le titre suivant : Rêvez !

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque