galerie

Révélation et palimpseste

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 mars 2000

Placée sous la tutelle de l’association Art, culture et foi, la galerie Saint-Séverin qui fait face à l’église du même nom, n’est pas un lieu d’art contemporain ordinaire. Sa programmation est toute entière dévolue à faire valoir les relations qu’entretiennent les artistes avec l’art sacré. En cette année de jubilé, il n’est pas surprenant que les responsables de cette institution aient choisi pour thème le voile de Véronique. Comme en témoignait il y a quelques années une importante exposition à Beaubourg, la question de l’empreinte est au cœur même du fait de création. Après Barrot et Buraglio, Carbonnet et Couturier, avant Cognée et Vergier, c’est au tour de Penone et de Thurnauer d’être les hôtes de cette galerie. Empreinte, trace et souffle, l’œuvre proprement virgilienne du premier est forte d’une dimension vitale qui la place au premier rang d’une réflexion sur les notions abstraites d’énergie, de flux et de présence. Il y va toujours chez lui d’une révélation, tant subtile que latente, comme le manifestent les quelques travaux à la Terra d’ombra qu’il a choisi de présenter ici. À la peinture, la démarche d’Agnès Thurnauer est toute entière dévolue dans une manière très personnelle qui est d’en convoquer tous les constituants possibles sans préalable de moyens, ni de signes, ni d’images. Ses œuvres qui exploitent volontiers les richesses plastiques de la technique du collage se présentent comme de vrais palimpsestes et multiplient les jeux d’apparition/disparition de la forme. À l’écho du corps, elles procèdent de rencontres entre toutes sortes de matérialités, d’événements et d’humeurs.

PARIS, galerie Saint-Séverin, jusqu’au 26 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°514 du 1 mars 2000, avec le titre suivant : Révélation et palimpseste

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque