Dimanche 25 février 2018

Réflexion sur les réflexions

L'ŒIL

Le 25 août 2008

”Comme ce serait bien si l'on pouvait passer de l'autre côté du miroir !” Qui n'a jamais été fasciné, comme l'héroïne de Lewis Carrol, par le reflet de son image sur un miroir ? Qui n'est resté rêveur devant le scintillement d'un bijou, ou horrifié par les effets déformants de certaines surfaces métalliques ? Nombre d'artistes se sont un jour ou l'autre confrontés à la représentation de ces phénomènes optiques, un exercice un tantinet périlleux, relevant de la prouesse technique, mais permettant d'exploiter une large symbolique sur l'individu et sa personnalité. La National Gallery rassemble aujourd'hui une soixantaine d'œuvres et explore les brillantes réflections d'artistes les plus divers. On y retrouve le célèbre trompe-l'œil du Portrait des Arnolfini de Van Eyck, l'autoportrait de Lucian Freud dans une glace, mais aussi toute une série de Vanités où le miroir incarne tour à tour le vice ou la vertu. Une exposition originale, conçue et réalisée par Jonathan Miller, une figure de proue du paysage culturel britannique, qui livre à travers cette manifestation le fruit de trente années de réflexions sur les arts visuels.

LONDRES, National Gallery, 16 septembre-13 décembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°499 du 1 septembre 1998, avec le titre suivant : Réflexion sur les réflexions

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque