Jeudi 19 septembre 2019

Questions à… Stephan Diederich

Par Colin Lemoine · L'ŒIL

Le 23 août 2010 - 164 mots

Commissaire de l’exposition « Roy Lichtenstein, l’art comme motif ».

L’œuvre de Lichtenstein a-t-elle été jusqu’alors méjugée ?
Si ces toiles inspirées par les comics américains ont fait de lui une icône du Pop Art, Lichtenstein n’a cessé de régénérer la peinture, notamment en faisant de l’art un motif à part entière, une facette en effet méconnue de sa production. 

Rauschenberg ou Warhol ont-ils eu les mêmes préoccupations envers la tradition ?
De nombreux artistes de cette génération ont usé de citations d’œuvres célèbres afin de faire référence à une culture partagée, voire populaire. Mais pour Lichtenstein, qui était obnubilé par des questions formelles, cette assimilation est devenue la part essentielle de son travail. 

Si vous deviez retenir une œuvre ?
Je retiendrais Grandes Montagnes (1996), une toile issue d’une série tardive que Lichtenstein consacra au style chinois et que le Museum Ludwig a récemment acquise. C’est l’une de mes œuvres favorites, aussi bien pour l’hommage à l’art asiatique que pour son humour subtil.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°627 du 1 septembre 2010, avec le titre suivant : Questions à… Stephan Diederich

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque