Jeudi 12 décembre 2019

Questions à... Dominique Viéville

L'ŒIL

Le 20 février 2009 - 135 mots

Directeur du musée Rodin

D’où vient l’intérêt d’Auguste Rodin pour l’érotisme ?
L’érotisme fait partie de son travail de sculpteur dès le début. Pour Rodin, les références de l’histoire de la sculpture sont l’Antiquité, Michel-Ange et lui-même, qui a l’ambition de proposer une synthèse. Dans ce contexte, Rodin s’empare du sujet du nu pour le pousser à l’extrême. Par ailleurs, la démarche utilisée pour produire ces dessins montre que l’érotisme n’est pas traité comme un simple sujet, car Rodin invente alors un processus de création spécifique.

Comment cette production a-t-elle été reçue par la critique de l’époque ?
Rodin était déjà considéré comme un érotomane. Les premières expositions n’ont donc surpris personne. Néanmoins, un certain nombre de dessins, ceux que j’appelle les « dessins sans voir », appartenant à sa collection privée, n’ont jamais été exposés.  

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°611 du 1 mars 2009, avec le titre suivant : Questions à... Dominique Viéville

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque