Questions à... Christian Heck

Professeur d’histoire de l’art à l’université de Lille III

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 23 avril 2008

Pour quelles raisons les peintres primitifs des anciens Pays-Bas du Nord sont-ils si méconnus ?
Pour trois raisons. D’abord parce que les anciens Pays-Bas du Sud, en étant intégrés plus tôt au monde bourguignon, ont eu un destin politique et culturel différent, avec des villes où se côtoyaient un
patriciat urbain et une clientèle
internationale amateurs d’œuvres d’art. D’autre part, l’histoire de l’art a besoin de repères, or la plupart des peintres du Nord sont anonymes et leurs œuvres non datées. Enfin, le Nord a été très durement touché par les crises iconoclastes qui ont provoqué des pertes massives.

Quelle est la singularité de leur peinture ?
Un goût précoce pour le paysage, une certaine austérité, une attraction pour un réel solennel et puissant, une gravité qui touche presque au hiératisme, un goût pour des aspects triviaux de la vie quotidienne, des figures féminines sans grâce… En résumé, la peinture du Sud serait plus parfaite, celle du Nord plus troublée, plus solennelle.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°602 du 1 mai 2008, avec le titre suivant : Questions à... Christian Heck

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque