Samedi 24 février 2018

Questions à… Blandine Chavanne

Directrice du musée des Beaux-Arts de Nantes.

Par Colin Cyvoct · L'ŒIL

Le 18 mai 2010

Pourquoi une exposition Wifredo Lam à Nantes ?
Chaque année, une exposition d’art moderne en rapport avec ses collections est organisée au musée. Lam, très lié au surréalisme, dont Nantes est l’un des foyers, est également un homme des Caraïbes. Ville du commerce triangulaire, Nantes a inauguré en 2001 le Mémorial à l’abolition de l’esclavage. La première grande rétrospective en France depuis 1983 de ce petit-fils d’esclave participe ainsi à la politique culturelle de la ville.

Comment se fait-il que les œuvres du peintre cubain le plus célèbre soient si rarement montrées en France ?
L’ensemble de la carrière de Lam est encore trop méconnu, car il a peu d’œuvres dans les collections publiques. Ignoré par les puristes du surréalisme, il lui est aussi reproché une influence excessive de Picasso, alors qu’il a su assimiler cette influence pour créer une œuvre très originale.

Est-ce le Lam « incendiaire » dont parle Philippe Soupault que l’on découvre à Nantes ?
Cette exposition rétrospective montre que, comme son ami Aimé Césaire, Lam assume ses racines métisses tout en participant pleinement aux avant-gardes. Il aura une influence certaine sur nombre d’artistes américains, comme Jackson Pollock ou Matta.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°625 du 1 juin 2010, avec le titre suivant : Questions à… Blandine Chavanne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque