Jeudi 19 septembre 2019

Arts décoratifs

Quand les jouets se donnent en spectacle

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 29 janvier 2014 - 480 mots

Le cirque et le théâtre sont à l’affiche de la nouvelle exposition de la Galerie des jouets, au Musée des arts décoratifs, à Paris, dans une scénographie lumineuse.

PARIS - À la Galerie des jouets au Musée des arts décoratifs, les objets de l’enfance, que les uns découvrent et dont les autres se souviennent, ont cet avantage sur ceux qui hantent les greniers et les brocantes : la poussière ne les étouffe pas (ou plus) et ils sont, dans l’ensemble, dans un très bon état de conservation. La nostalgie n’est donc pas de mise à la découverte de « Parade », nouvelle exposition mettant en scène les collections du musée (assorties de quelques prêts) autour des thèmes du cirque et du théâtre. Le public des plus jeunes étant la cible principale, une scénographie dynamique a été privilégiée pour faire vivre ces clowns, ces acrobates et ces marionnettes dont certains remontent à la fin du XIXe siècle.

Tout un univers reconstitué sous les projecteurs
Le choix du musée s’est porté sur le plasticien, scénographe et graphiste Jean-François Guillon qui, à défaut de pouvoir mettre en mouvement les objets mécaniques pour certains très fragiles, a manifestement pris beaucoup de plaisir à reconstituer des univers de jeux. Outre les vitrines transformées en saynètes comme laissées en suspens par des enfants momentanément absents – tel ce théâtre de Guignol dont les acteurs, Guignol et Gnafron, s’adressent à un public… de marionnettes –, Jean-François Guillon a conçu des dispositifs lumineux originaux empruntant à l’animation, pour mettre en valeur les silhouettes du théâtre d’ombres. La sélection présente entre autres de superbes exemples de théâtres miniatures, des coffrets « Ombres chinoises » commercialisés par le marchand de jeu Saussine et quelques affiches. La présentation est étoffée par des extraits de films d’univers très différents, allant du très beau Papageno (1935) de Lotte Reiniger à Pierrick Sorin (qui fut directeur artistique de l’exposition « Des jouets et des hommes », en 2011 au Grand Palais à Paris). Le roi des clowns n’en demeure pas moins Alexander Calder. À défaut d’exposer les quelque 200 figurines de bric et de broc que l’artiste avait fabriquées à ses heures perdues et qui sont aujourd’hui conservées par le Whitney Museum, à New York, le parcours présente quelques minutes du film Le Cirque, dans sa version réalisée par Carlos Vilardebó en 1961.
La commissaire Dorothée Charles, conservatrice en charge du département des jouets au musée, a eu l’heureuse idée d’inclure deux photographies grand format et en noir et blanc de la série « Masques de clown » signée Valérie Belin (2004-2005). Puisant ses sources au XIXe siècle et popularisée par Stephen King et son roman Ça, l’idée du clown maléfique est ici évoquée par un simple masque posé sur fond noir. Un contrepoint bienvenu pour rappeler que les enfants (et les adultes !) effrayés par les clowns sont plus nombreux qu’on ne le croit.

Parade

Jusqu’au 11 mai, Musée des arts décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris, tél. 01 44 55 57 50, www.lesartsdecoratifs.fr, tlj sauf lundi 11h-18h, 11h-21h le jeudi.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°406 du 31 janvier 2014, avec le titre suivant : Quand les jouets se donnent en spectacle

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque