Mardi 18 décembre 2018

Collection

Quand l’erreur est féconde

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 18 janvier 2017 - 421 mots

Le CAPC-Musée d’art contemporain de Bordeaux repense l’accrochage de sa collection sous un thème favorisant les rencontres.

BORDEAUX - Repenser l’accrochage de leurs collections permanentes est une tâche à laquelle les musées doivent – ou devraient – se confronter périodiquement afin d’offrir de nouvelles lectures et sources de réflexion. Si rejouer perpétuellement la continuité historique afin de faire œuvre d’un didactisme « classique » est une option, envisager de nouvelles formes de dialogue entre les œuvres en est une autre, surtout lorsque les institutions, parfois fort bien dotées, ne disposent pourtant pas d’ensembles permettant d’embrasser une histoire élargie. C’est cette voie que vient d’emprunter le CAPC.

L’institution bordelaise a confié l’exercice d’une nouvelle installation de sa collection à José Luis Blondet, chargé des projets spéciaux au Lacma (Los Angeles County Museum), qui s’est plongé dans un catalogue riche tout de même de 1 309 œuvres. Vaste et surtout très varié, ce fonds reflète les appétences de ses directeurs successifs, entre Arte povera, Supports-Surfaces, art conceptuel ou peinture abstraite. Une diversité que le commissaire invité n’a pas cherché à aplanir mais presque, à l’inverse, à mettre en exergue.

Intitulé « [sic] », son accrochage – le premier d’une série de trois programmés jusqu’en 2019 – s’intéresse à la question de l’écriture et du langage, et plus précisément à l’erreur qui peut s’y glisser. Rature, réécriture ou relecture sont ainsi envisagées dans une acception suffisamment large pour multiplier les possibilités de rencontres.

C’est une œuvre de Présence Panchounette intitulée Errata (1982) qui est à l’origine de cette réflexion se voulant multiforme, dans laquelle quatre artistes forment autant de jalons : le collectif de facétieux bordelais donc ; mais aussi Chohreh Feyzdjou qui a souvent utilisé des fragments de travaux antérieurs dans ses installations ; Philippe Thomas et ses situations fictionnelles ; Simon Hantaï qui a intéressé Blondet par sa manière de nouer ou plier la toile et de laisser ainsi des espaces indéterminés et non « écrits » par ses soins.

De la centaine d’œuvres exposées, témoignant de la remarquable qualité de la collection, se détachent des dialogues parfois surprenants. La proposition est rendue particulièremnt stimulante lorsqu’une sculpture de Toni Grand, qui semble être une fine et longue ligne emmêlée, rencontre un monochrome rouge d’Olivier Mosset paraissant être une page au mur, ou que se créent des jeux de renvois et de citations. Ainsi, Feyzdjou et Vincent Bioulès évoquent Matisse, et Sherrie Levine s’empare de Brancusi, dans un registre où l’appropriation génère de la fiction qui devient création… de la réécriture donc !

[SIC] ŒUVRES DE LA COLLECTION DU CAPC

CAPC-Musée d’art contemporain, 7, rue Ferrère, 33000 Bordeaux, tél. 05 56 00 81 50, www.capc-bordeaux.fr, tlj sauf lundi 11h-18h, mercredi 11h-20h, entrée 6,50 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°471 du 20 janvier 2017, avec le titre suivant : Quand l’erreur est féconde

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque