Dimanche 18 novembre 2018

Pierre Jahan, le plaisir en plus

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 1 août 2007 - 257 mots

Si le nom de Pierre Jahan parle aux initiés, il n’interpelle toutefois pas encore le grand public. À tort. Car ce photographe français né en 1909, décédé à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans, partage plusieurs des qualités des Ronis, Doisneau, Brassaï, Kollar… À commencer par le talent.
Humaniste mâtiné de surréalisme, Pierre Jahan est de cette génération d’« illustrateurs » libres, roulant au plaisir. « Tel l’avare qui accumule ses trésors, a-t-il écrit en 1994 dans Objectif, j’avais pris l’habitude de me faire plaisir. » Plaisir de la publicité avec Citroën, mais aussi plaisir de la
photographie industrielle pour le CEA, son client de trente ans. Plaisir, encore, d’illustrer la poésie de l’ami Cocteau, comme celui de couvrir l’Exposition universelle de 1937. Plaisir, enfin, de la France que Jahan a parcourue de long en large.
Il était donc naturel, pour le musée d’Art et d’Histoire de Meudon et son rutilant département du paysage français, d’inviter à découvrir l’œuvre de Jahan paysagiste. Clin d’œil évident à la revue Plaisir de France à laquelle il a collaboré durant quarante ans, l’exposition du même nom présente quarante paysages photographiés entre 1935 et 1965. Tous révèlent un Pierre Jahan épris de lumière et de liberté, à Rouen, Annecy, La Ciotat… Un Jahan dont l’intangibilité du regard ne devrait pas tarder à lui faire un nom.

« Plaisir de France, paysages vus par le photographe Pierre Jahan », musée d’Art et d’Histoire de la ville de Meudon, 11, rue des Pierres, Meudon (92), tél. 01 46 23 87 13, www.pierre-jahan.com, jusqu’au 15 avril 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°589 du 1 mars 2007, avec le titre suivant : Pierre Jahan, le plaisir en plus

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque