Vendredi 23 octobre 2020

Sèvres (92)

Picasso à Sèvres, enfin !

Cité de la céramique de Sèvres Jusqu’au 19 mai 2014

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 17 janvier 2014 - 310 mots

De 1947 à 1971, durant sa collaboration avec Suzanne et Georges Ramié de l’atelier Madoura, Picasso a produit trois mille cinq cents pièces en terre, dans lesquelles se reflètent la joie exubérante et la lumière méditerranéennes.

Après quelques rendez-vous manqués, la Cité de la céramique de Sèvres accueille enfin, après Aubagne, une partie de son œuvre. Portée par une scénographie magnifique, l’exposition présente cent cinquante pièces pour la plupart  inédites, ainsi qu’une sélection de dessins préparatoires de l’artiste, preuve de l’importance qu’il accordait à ses œuvres céramiques. Certaines des pièces réalisées à partir de ceux-ci y figurent, tels les grands Vases oiseau et les bouteilles en forme de femmes. L’année 1950 est la période la plus fertile pour Picasso, dont ces deux pièces uniques, grands vases aux danseurs et musiciens et grand vase aux femmes nues font figure d’œuvres majeures. Elles sont ici exposées pour la première fois au côté de leurs moules d’origine, œuvres d’art à part entière.

À Vallauris, l’œuvre prolifique et inventive de Picasso bouleverse les normes : avec gourmandise, l’artiste puise à toutes les ressources disponibles de la céramique pour la réinventer, n’hésite pas, pour arriver à ses fins, à créer des hérésies techniques. Il travaille par appropriation, puis par transformation de l’objet en image : il s’approprie le vase tripode de Suzanne Ramié pour en faire une tête de femme accoudée sur ses avant-bras repliés, il s’empare de la production culinaire de l’atelier Madoura, peint des scènes tauromachiques qui lui rappellent son Espagne natale sur de grands plats oblongs – dits « plats à poisson » – transformés en arènes vues en plongée, décore des pignates d’une faune grouillante, chouettes, taureaux, colombes, en noir blanc et ocre, et des tessons abandonnés de figures mythologiques, ses « grecqueries », qui confirment la filiation antique de son œuvre. Pour avoir attendu si longtemps, Sèvres n’aura pas raté cette fois-ci son rendez-vous avec Picasso.

« Picasso céramiste et la Méditerranée »,

Cité de la céramique, 2, place de la Manufacture, Sèvres (92), www.sevresciteceramique.fr.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°665 du 1 février 2014, avec le titre suivant : Picasso à Sèvres, enfin !

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque