Dimanche 21 octobre 2018

galerie

Paz, télescopages picturaux

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 mai 2000 - 221 mots

« À une époque où l’art doit prendre en compte la réalité de la globalisation et du décentrage culturel, il semble plus important que jamais de considérer toutes les représentations comme soumises à la contestation et à leur possible réinvention. » La formule est claire. Elle pourrait servir de manifeste à son auteur, Alicia Paz, née en 1967 à Mexico, qui vit et travaille entre Paris et Londres. De fait, ses peintures se présentent comme le lieu par excellence de télescopages en tous genres, en relation avec l’histoire de la peinture occidentale, un monde d’objets décoratifs et d’images historiques propres à sa culture. Les tableaux d’Alicia Paz sont constitués sur un mode qui prête au trompe-l’œil tant les différents éléments qui les composent sont peints avec une troublante précision de détail et se détachent nettement les uns des autres comme si l’image finale procédait d’un savant assemblage. Sur fond de toile aux motifs peints les plus divers (géométriques, monochromes, tachistes) ou d’images photographiques reprises en peinture, l’artiste dispose les figures agrandies de petits sujets directement empruntés à la porcelaine de Meissen ou à la peinture XVIIIe. Un irrésistible effet kitsch en résulte, qui est augmenté par la façon qu’elle a d’associer à ses compositions d’autres motifs d’objets issus d’un quotidien luxueux et désuet.

PARIS, Espace d’art Yvonamor Palix, jusqu’au 31 mai.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°516 du 1 mai 2000, avec le titre suivant : Paz, télescopages picturaux

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque