Vendredi 23 février 2018

Patrick Tosani

Le Journal des Arts

Le 11 janvier 2008

À l’occasion de son exposition personnelle à la galerie Emmanuel Perrotin, à Paris, Patrick Tosani a répondu à nos questions.

La série Regards présente des enfants photographiés dans un vêtement qui semble se transformer en un halo lumineux et monochrome. Pouvez-vous nous expliquer comment vous avez procédé ?
Les chemises qui entourent les enfants sont renforcées à l’intérieur par une armature et sont encollées avec un matériau qui, en séchant, devient très rigide. Elles forment ainsi une coque rigide qui entoure et isole le visage du modèle. L’éclairage est quant à lui très puissant afin que la lumière traverse le tissu et irradie le visage de la couleur du tissu. Quand on est devant la photo, le cocon coloré correspond au bas de la chemise à travers laquelle l’enfant a passé la tête par le col.

Qui sont ces enfants ?
C’est un travail qui a été réalisé dans l’école primaire mixte des Charreaux à Chalon-sur-Saône, dans le cadre d’une résidence au Musée Niepce. C’est très important car ce ne sont pas des enfants que j’ai choisis. J’ai photographié deux classes entières en expérimentant plusieurs chemises par enfant, car le rapport entre la chemise et le visage était assez imprévisible. J’ai donc photographié beaucoup d’enfants pour ne retenir que quelques images, celles plus précisément dans lesquelles il existe une symbiose entre ce qui est “corps” et ce qui est “vêtement”.

Pourquoi ajouter cette enveloppe autour du visage ?
Mon objectif est de mettre en évidence une situation de mélange entre le corps et le vêtement par le phénomène de la couleur. Cette enveloppe autour du visage délimite aussi une sorte de territoire intérieur exploré par le modèle. Le visage a subi les traces de ce qui l’entoure. Cette question du regard serait une façon de transpercer l’apparence des visages, des corps, des objets. Durant les prises de vue, le fait d’avoir cette enveloppe autour de la tête produit un isolement momentané dans lequel le regard s’abandonne un peu, et ne transmet aucune expression. La question n’est pas celle du portrait, c’est la raison pour laquelle cette série s’intitule Regards. Mon souci, par rapport aux travaux antérieurs, était de prolonger la série des Masques qui, tant dans la procédure que dans la conception, questionnait déjà cette idée du regard. Mais avec cette nouvelle série, j’ai expérimenté un vrai regard.

La série Regards représente uniquement des enfants. Est-ce un choix délibéré ?
Avec les procédures de travail que j’ai utilisées, comme l’emploi de vêtements colorés, je voulais absolument éviter toute référence vestimentaire, et faire en sorte que ce vêtement ne soit plus un vêtement ou quelque chose lié à la mode. Photographier un adulte avec un tel dispositif renvoie directement au déguisement ou à la photographie de mode. Un modèle enfant semble neutraliser cette lecture. Toutefois, il s’agit d’une tranche d’âge bien précise : ces enfants sont très petits, ils ont sept ans. Avec un enfant de dix ans, le dispositif ne fonctionne déjà plus, car il y a une maturité, une gêne dans la pose.

Comme vous le remarquiez précédemment, dans vos travaux antérieurs, vous tourniez autour du sujet photographié. À présent, vous semblez l’aborder plus frontalement. Comment interprétez-vous cela ?
C’est une suite de déplacements, mais ce qui relie cette série aux travaux plus anciens, c’est la production d’un objet hybride entre le corps et le vêtement, qui devient une coquille. Ce qui se joue ici, c’est le même passage que dans mes images précédentes, c’est-à-dire le passage d’un objet photographié à un corps caché qui se fait selon un registre physique. Dans cette série, le corps contourné apparaît comme une personne par son regard. Pour moi, c’est un glissement progressif qui marque une transition : ce qui est nouveau, c’est l’apparition d’un modèle que je n’utilisais jamais auparavant.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°156 du 11 octobre 2002, avec le titre suivant : Patrick Tosani

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque