Samedi 29 février 2020

Lyon (69)

Passez l’art à la machine

Musée des confluences jusqu’au 24 janvier 2016

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 15 décembre 2015 - 305 mots

C’est une étrange sensation qui étreint le visiteur pénétrant dans l’exposition, l’impression de faire un voyage dans le temps.

Le voilà projeté au début du XXe siècle au cœur d’une galerie des machines, le clou des expositions universelles. Cette concentration de moteur rotatif, aéroplane et hélices ne peut laisser insensible. Les pièces ont de fait été choisies pour leurs qualités esthétiques et magnifiées par la scénographie afin de faire ressentir la fascination opérée par ces objets sur les artistes d’hier. Symbole de modernité, de fonctionnalisme, de puissance et d’élégance, la machine a effectivement été une source d’inspiration massive de la révolution industrielle à nos jours, avec toutefois de fortes fluctuations dans la tonalité des œuvres. Le Musée des confluences analyse la persistance de ce sujet, mais aussi le caractère ambigu de la relation entre l’art et la machine. La manifestation s’intéresse d’abord à la représentation fidèle des usines et des produits de l’industrie, puis à l’adoption des codes machinistes par les avant-gardes, suivie par leur détournement dans l’après-guerre. Il propose ensuite deux salles dédiées aux œuvres réalisées grâce à des machines – le cinéma et la photographie – et se termine par la vision désenchantée de la machine portée par les plasticiens contemporains. La sélection est dense et roborative. Elle rassemble des pièces incontournables sur le sujet : Léger, Picabia, Tinguely, César et quelques pépites comme les créations d’ACM. Très didactique, le parcours ne s’interdit pas quelques effets de style bienvenus en ménageant des raccourcis visuels très efficaces. La Roue de bicyclette de Marcel Duchamp apparaît ainsi dans la perspective du Monocycle à cavalier intérieur de Santos-Dumont, avec lequel elle entretient un air de famille certain. Tandis qu’en levant les yeux on embrasse dans un même regard le planeur d’Otto Lilienthal et Letatlin de Vladimir Tatline. Des rapprochements éloquents qui se passent de tout discours.

« L’Art et la machine »

Musée des confluences, 86, quai Perrache, Lyon (69), www.museedesconfluences.fr

Légende Photo :
Lilienthal « type 1895 », Musée de l’air et de l’espace, Le Bourget. © Photo : Olivier Garcin/Musée des confluences, Lyon.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°686 du 1 janvier 2016, avec le titre suivant : Passez l’art à la machine

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque