Pascin, rétrospective puissance 3

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 décembre 2005

Trois galeristes parisiens de Saint-Germain-des-Prés s’unissent dans une exposition remarquable dédiée à Jules Pascin, artiste majeur de la première moitié du xxe siècle, atypique et partiellement tombé dans l’oubli. Abel Rambert, auteur des quatre premiers tomes du catalogue raisonné de l’œuvre de Pascin, signe là un nouvel épisode d’une vie consacrée au dessinateur et peintre. Passion partagée par ses deux voisins Jean-François Aittouarès et Benoît Sapiro. Ils ont réuni environ 150 dessins, gouaches, aquarelles et huiles.
L’accrochage marque une date anniversaire : il y a 100 ans tout juste, en décembre 1905, Jules Pascin âgé de 20 ans débarquait à Paris. Il vient de faire ses études d’art en Allemagne et s’est fait connaître comme caricaturiste pour la revue Simplicissimus en 1903, date à laquelle le Bulgare, de son vrai nom Julius Mordecai Pincas, adopte celui de Pascin (anagramme de Pincas).
Dans le Paris des années folles à Montparnasse, l’amour, l’amitié et la fête nourrissent son talent. Il se laisse séduire par la vie noctambule et croque l’ambiance des bordels forçant le trait du grave ou du grotesque dans sa cruelle vérité. Il est à la fois tendre et moqueur dans les nus et portraits des femmes de sa vie, comme dans ses scènes de genre ou de rues ainsi que dans ses carnets des dessins remplis de séjours à Cuba et en Tunisie.
La guerre de 1914-1918 le fait fuir aux États-Unis. Il revient en Europe avec la nationalité américaine en 1920. Sur la butte Montmartre, l’autre pôle artistique parisien, il reprend sa vie d’artiste fêtard. Il est très célèbre et vend même plus cher que Picasso. Pendant 10 ans, il partage son temps entre New York et Paris.
Sa notoriété culmine au cours des dernières années grâce à sa peinture dite « nacrée » dont les sujets évanescents semblent s’effacer. « Tous mes talents de peintre se révèlent dans mes dessins et non dans mes tableaux », s’accable-t-il alors. Blasé de son succès et désespéré par une rupture, il met fin à ses jours en juin 1930. L’exposition brosse un joli tableau de l’œuvre de Pascin depuis ses caricatures pour Simplicissimus jusqu’à un grand dessin « nacré », Le Repos, où figurent trois femmes enlacées alanguies et vaporeuses.

« Pascin », galeries Aittouarès, Le Minotaure et Rambert, 2 et 4 rue des Beaux-Arts, Paris VIe, tél. 01 40 51 87 46, jusqu’au 31 décembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°575 du 1 décembre 2005, avec le titre suivant : Pascin, rétrospective puissance 3

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque