Dimanche 24 janvier 2021

Saint-Pierre-de-Varengeville (76)

Pas de deux

Centre d’art contemporain de la Matmut jusqu’au 3 avril 2016

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 21 février 2016 - 324 mots

Les paysages montagneux du Piémont que Jean Gaumy avait sélectionnés pour son ouvrage D’après nature (Éd. Xavier Barral, Prix Nadar 2010) confrontaient aux motifs en plan large d’une nature rude leurs intensités et beautés sans apprêts.

Sa nouvelle série inédite, Les Formes du chaos, est un prolongement du travail amorcé sur le paysage, la texture et les formes. Les falaises de la côte d’Albâtre, que l’habitant de Fécamp et pêcheur qu’il est connaît bien, servent cette fois-ci de matière à une abstraction puissante, juste dans ses formats et dans son choix du noir et blanc ou de la couleur. Le détail forme le tableau, tandis que les photographies de l’Arctique à l’accrochage distinct développent une approche picturale davantage réaliste, bien que certains morceaux de réel qu’il prélève sur sur les stations scientifiques  Jean Corbel, Daneborg ou Zackenberg au Groenland se confondent avec ceux de la côte d’Albâtre. Jean Gaumy brouille les repères, les perceptions ; la manière minérale constitue un fond de paysages fascinants, énigmatiques et attirants.

Les images de nature « De l’ambiguïté du réel » de Camille Doligez portent en elles, elles aussi, cette fascination pour le détail et l’assemblage des formes, mais d’une autre manière. Vitrines ou vitres d’habitation ou de boutiques de Fécamp constituent des miroirs de superposition d’images entraperçues. Le goût de l’artiste pour l’image, l’abstraction et la nature morte imprègne d’autres travaux où la composition se joue là encore de la réalité, de nos sens. Ces carnets de collages en témoignent. Camille Doligez est l’épouse de Jean Gaumy, l’exposition ne le dit pas, on peut l’ignorer. La photographe qu’elle est depuis des années n’avait jusque-là jamais voulu montrer ses propres créations. Elle a franchi le pas, à raison. Passer d’une exposition à une autre, regarder le film qui leur est consacré, engage à les suivre dans leur travail respectif, mais aussi à aborder en pointillé les liens qui les unissent depuis leurs études supérieures de lettres à Rouen.

« Camille Doligez/Jean Gaumy. Derrière les apparences/Les formes du chaos »

Centre d’art contemporain de la Matmut, 425, rue du Château, Saint-Pierre-de-Varengeville (76), www.matmutpourlesarts.fr

Légende photo
Jean Gaumy, Falaise 6, Côte d’Albâtre, Normandie, France, 2015, tirage pigmentaire, 213 x 160 cm. © Jean Gaumy

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°688 du 1 mars 2016, avec le titre suivant : Pas de deux

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque