Vendredi 23 février 2018

Nouveaux-nés du Louvre et d’Orsay

Un bilan des dernières acquisitions

Le Journal des Arts

Le 25 novembre 2009

Pour la quatrième fois, le Musée du Louvre présente la totalité des dernières acquisitions des Pein­tures, soit soixante-sept tableaux de toutes les écoles entrés sur cinq ans. À Orsay, il a fallu opérer une sélection parmi les 20 000 objets inscrits depuis 1990. Dans un cas comme dans l’autre, la priorité du musée pour l’avenir reste de développer les domaines étrangers.

PARIS - Pour Jean-Pierre Cuzin, conservateur en chef du département des Peintures et commissaire de l’exposition, "le Louvre doit être la référence en matière de peinture française". Logiquement, l’école française, enrichie de vingt-sept numéros, se taille la part du lion (cinq primitifs français, La Hyre, Saint-Aubin, Vallayer-Coster, Giro­det...), auxquels viennent s’ajouter une dizaine d’huiles ayant trait à l’histoire du musée. "Il faut combler les vides, car le musée a une vocation encyclopédique". C’est ainsi qu’ap­paraissent des œuvres ma­jeures d’artistes absents ou peu représentés (Parmesan, Liotard, Købke). La politique d’acquisition prend aussi en compte les progrès de l’histoire de l’art et la "redécouverte" de peintres oubliés ou peu connus.

Henri Loyrette, directeur du Musée d’Orsay et commissaire de la seconde exposition, pense que "l’ambition d’Orsay est d’embrasser tous les domaines. Les départements concernant les dessins d’architecture, la photographie et les arts décoratifs ont été entièrement montés. Il y a encore beaucoup de manques de tous les côtés, mais nous privilégions les écoles étrangères car lorsque Orsay s’est créé, les collections étaient essentiellement franco-françaises".

Achats, dons et dations
À Orsay comme au Louvre, achats et dons sont très équilibrés. L’abondance des acquisitions d’Orsay est liée à une politique particulière qui tend à obtenir dans leur globalité des fonds d’atelier de dessins d’architecture et d’art décoratif (Guimard). En outre, de par la tranche chronologique qu’il couvre, le musée reçoit de nombreux dons de descendants d’artistes qui tiennent à préserver l’œuvre et la mémoire de leur ancêtre (fonds Le Cœur). Les achats sont financés par la Réunion des musées nationaux et couvrent environ la moitié des acquisitions. Les plus spectaculaires atteignent souvent des prix faramineux (Antonello de Messine, Jacopo Bassano, l’Autoportrait au Christ jaune de Gauguin). Dans les deux cas, les Sociétés des Amis du Musée sont très actives (tableaux de Lieferinxe, Parmesan, Salomon de Bray, Van Loo, Raeburn, Owen Jones, Redon, fonds Fevre-Degas...). Celle du Louvre, bientôt centenaire, fera prochainement l’objet d’une exposition. Quant aux dations, elles permettent de recevoir des pièces de premier ordre (Tancrède et Herminie de Ga­gneraux, le Portrait de Louise Vernet par Horace Vernet, L’Origine du monde de Courbet, Les Déchargeurs de charbon de Monet, deux portraits de Cézanne...).

Compléter les écoles étrangères
Depuis mai 1996, un important tableau du Danois Hammershöi a enrichi l’ensemble d’Orsay. Au Louvre, un second Købke – Le Marchand de cigares – est venu rejoindre le joli Portrait d’Adolphine. Le département des Peintures attend une importante donation d’un amateur romain, essentiellement composée de pièces italiennes des XVIIe et XVIIIe siècles. Privilégier les esquisses françaises du XVIIIe, et surtout les tableaux allemands et espagnols, très mal représentés actuellement, est aujourd’hui une priorité. Il n’est cependant pas toujours aisé d’accéder à certaines œuvres, particulièrement en Espagne où "collectionneurs – dotés de grands moyens – et musées achètent jalousement".

NOUVELLES ACQUISITIONS DU DÉPARTEMENT DES PEINTURES (1991-1995), 16 octobre-13 janvier, Musée du Louvre, Hall Napoléon, tlj sauf mardi 9h-17h15. Catalogue collectif, éditions RMN, 384 p., 350 F
DE L’IMPRESSIONNISME À L’ART NOUVEAU : ACQUISITIONS DU MUSÉE D’ORSAY : 1990-1996, 16 octobre-5 janvier, Musée d’Orsay, tlj sauf lundi 10h-18h. Catalogue collectif, éditions RMN, 320 p., 290 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : Nouveaux-nés du Louvre et d’Orsay

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque