Samedi 15 décembre 2018

Art contemporain

Monory, peinture bleue et séries noires

Par Guillaume Morel · L'ŒIL

Le 1 juillet 2004 - 355 mots

C’est d’abord un bleu intense, profond, qui nous plonge dans l’atmosphère particulière de la peinture de Jacques Monory (né en 1934), immédiatement reconnaissable. Une quasi-monochromie à laquelle l’artiste ajoutera, au fil des années et toujours avec la même force, le rose et le jaune. Depuis ses débuts dans les années 1950, et plus particulièrement à la fin de la décennie suivante, Monory construit un univers fictionnel avec ce qu’il faut de revolvers et d’hommes inquiétants munis d’imperméables sombres, de chapeaux et de lunettes de soleil, semblant tout droit sortis d’un polar. Sa peinture est en connexion avec le réel pour mieux dériver vers un monde inventé, dans une approche très cinématographique avec des jeux de plans, de cadrages, de séquences, d’ambiances. Un procédé qu’il développe avec le principe de la série, la toute première étant celle des Meurtres en 1968, où l’artiste met en scène, en vingt-cinq tableaux, sa propre mort puis celle des autres. Ce qui intéresse l’artiste est de « raconter des histoires en peintures ». Figure majeure de la figuration narrative dans les années 1960, ayant des affinités avec le Pop Art et le nouveau réalisme par son intérêt pour l’objet, le quotidien, l’idée de série et la couleur forte, Monory n’a jamais cessé de nourrir sa peinture de narration. Même si celle-ci est fragmentée, séquentielle, sans début ni fin. L’exposition de la fondation Salomon permet de se rendre compte de la cohérence de sa démarche mais aussi de son évolution, à travers une quarantaine d’œuvres emblématiques choisies dans les différentes périodes du peintre, de 1968 (Meurtre n° 2) à aujourd’hui avec des œuvres conçues spécialement pour l’occasion (La Montagne d’Alex, 2004). Entre les deux, on redécouvrira avec plaisir des œuvres des séries Explosion (1973) et Toxique (1983), le monumental Tanatorolls (1987) ou encore des
tableaux sur le thème du Baiser réalisés en 2000, le tout organisé selon une scénographie axée sur la couleur, si déterminante dans la peinture de Monory.

« Jacques Monory. J’ai vécu une autre vie », ALEX (74), fondation pour l’Art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon, château d’Arenthon, tél. 04 50 02 87 52, www.fondation-salomon.com, 27 juin-31 octobre.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°560 du 1 juillet 2004, avec le titre suivant : Monory, peinture bleue et séries noires

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque