Lundi 10 décembre 2018

Mondrian en ballottage

La Haye

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 mai 1995 - 257 mots

La rétrospective Piet Mondrian, au Gemeentemuseum à La Haye, n’a pas soulevé l’enthousiasme attendu. Mais la polémique, opposant une partie de la presse néerlandaise jugeant l’œuvre abstraite de Mondrian \"trop difficile d’accès pour le grand public\" à Rudi Fuchs, le directeur du Stedelijk Museum d’Amsterdam, semble avoir inversé la situation.

LA HAYE - Deux mois après l’inauguration, 50 000 personnes seulement s’étaient déplacées pour la rétrospective Mondrian. Le Gemeentemuseum espérait, entre le 18 décembre 1994 et le 30 avril 1995, la venue de 300 000 visiteurs, et 200 000 entrées au minimum étaient nécessaires pour couvrir les frais. "Trop difficile pour le grand public", proclamait un gros titre du Telegraaf, le principal quotidien néerlandais.

Le journal reproduisait en outre les propos d’un commissaire d’une précédente exposition Mondrian, qui avait choisi de faire une plus large place aux paysages des débuts : "Pour le commun des mortels, quand on en a vu un (à propos des tableaux abstraits de Mondrian), on les a tous vus.

" Rudi Fuchs, le directeur du Stedelijk Museum, qui est à l’origine de la rétrospective, n’a pas apprécié et a répondu dans un autre journal, Het Parool : "Les peintures de Mondrian, en particulier les toiles abstraites, sont les plus belles qui soient ". Rudi Fuchs en a profité pour inviter les lecteurs à "aller voir une œuvre qu’ils pensent ne pas pouvoir comprendre", ajoutant, "c’est cela, vivre une véritable aventure." Depuis, près de 100 000 personnes se sont rendues au musée, et on décomptait 150 000 entrées au début du mois d’avril.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°14 du 1 mai 1995, avec le titre suivant : Mondrian en ballottage

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque