Dimanche 25 février 2018

Modigliani à Rouen

Dessins de la collection Alexandre

Le Journal des Arts

Le 1 décembre 2009

Ultime étape d’un long périple international qui l’a menée aux quatre coins du monde depuis 1993, l’exposition itinérante des dessins d’Amedeo Modigliani rassemblés par le docteur Paul Alexandre entre 1907 et 1914 est présentée au Musée des beaux-arts de Rouen pour la première, et dernière fois, en France.

ROUEN. La passion du docteur Alexandre rappelle celle d’un autre médecin épris de peinture, le docteur Gachet. Comme ce dernier à Auvers-sur-Oise, il héberge des artistes dans son pavillon, aujourd’hui disparu, du 7 rue du Delta à Paris, où se retrouvent, entre autres, Gleizes, Le Fauconnier et… Modigliani, arrivé "au Delta" à la fin de 1907, à l’âge de 23 ans. Immédiatement, Paul Alexandre décèle les dons du jeune peintre, de quatre ans son cadet, et l’exhorte à ne détruire aucune de ses études, souvent jetées sur de simples carnets. "En amateur jaloux de préserver un ensemble exceptionnel de chefs-d’œuvre", comme il l’écrit lui-même, il lui achète jusqu’en 1914 pas moins de 430 dessins, dont 280 seront exposés au Musée des beaux-arts de Rouen. À Rouen et nulle part ailleurs en France, parce que Paul Alexandre avait ses racines en Seine-Maritime et que Blaise Alexandre, son second fils, a offert au musée, en 1988, deux portraits peints par Modigliani – "pivots de nos collections du XXe siècle", confie le conservateur, Claude Pétry – qui figureront au centre de l’exposition en compagnie de cinq autres peintures.

Achetez-lui ses dessins !
Le premier portrait représente Paul Alexandre (1913) et le second, son père, Jean-Baptiste Alexandre (1909), qu’il avait sollicité pour venir en aide au jeune peintre. "Ce fut un des paradoxes de sa vie : aimant la richesse, le luxe, les beaux vêtements, la largesse, il vécut dans la pauvreté, sinon dans la misère", rappelle dans ses souvenirs le bon docteur, qui n’aura cessé de crier vainement à son entourage : "Regardez ce génie. Demandez-lui de faire votre portrait. Achetez-lui ses dessins. Essayez de l’aider par tous les moyens."

Un livre-catalogue
Divisé en cinq sections, le parcours de l’exposition présentera successivement des portraits, des nus académiques (essentiellement féminins), des personnages de cirque et de la commedia dell’arte, une longue série de cariatides, et s’achèvera avec des têtes sculpturales influencées par l’art nègre et l’art khmer, exposées avec une demi-douzaine de sculptures africaines prêtées par le Musée national des arts d’Afri­que et d’Océa­nie. La plupart de ces feuilles sont dessinées au crayon gras ou à l’encre de Chine, pure ou délavée, mais aussi à la mine de plomb, au fusain, à la sanguine, voire au crayon bleu ou violet. Ces œuvres inédites ont été reproduites dans un livre-catalogue publié en 1993 par Noël Alexandre, le fils cadet de Paul, à qui l’on doit d’avoir rassemblé ces dessins qui réintégreront leurs collections d’origine à l’issue de cette ultime étape rouennaise.

MODIGLIANI INCONNU, DESSINS DE LA COLLECTION ALEXANDRE, du 13 juillet au 14 octobre, Musée des beaux-arts, entrée square Verdrel, Rouen, tlj sauf mardi, 10h-18h, tél. 35 71 28 40. Livre-catalogue par Noël Alexandre, coédition Fonds Mercator Paribas et Albin Michel, 463 p. 350 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°27 du 1 juillet 1996, avec le titre suivant : Modigliani à Rouen

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque