Dimanche 25 février 2018

Milan 2006

« Design-moi » un salon

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 24 août 2007

Du 5 au 10 avril dernier, le 45e Salon international du meuble de Milan n’a pas dérogé à la règle : rassembler, le temps d’une semaine, la plus forte concentration de designers de la planète.

Un peu comme au Festival d’Avignon, le Salon du meuble de Milan se compose d’une manifestation officielle, les Saloni, et de quelque trois cent cinquante présentations off. Ces dernières sont
réparties en plein cœur de la ville dans les galeries d’art, showrooms et autres espaces, historiques ou atypiques, investis pour l’occasion.

Le Salon s’ouvre à l’automobile
Les Saloni ont lieu au parc des expositions de Rho-Pero, construction flambant neuve conçue par l’architecte romain Massimiliano Fuksas. Les chiffres des Saloni parlent d’eux-mêmes : 222 000 m2 pour 2 549 exposants. Nombre de visiteurs : plus de 223 000. Bref, une foire gigantesque dont les organisateurs tentent d’atténuer le côté commercial à travers une exposition dite « culturelle ».
Cette exposition, intitulée cette année « Le Diable du logis », a réuni des œuvres de trente-cinq femmes artistes sur un thème plutôt ambigu : la maison comme territoire symbolique de la
nouvelle femme d’aujourd’hui. Le « deuxième sexe » appréciera…
Une multitude de sociétés autres que celles de l’univers du mobilier profitent de l’aura design du Salon pour venir vanter leurs mérites respectifs. C’est le cas notamment des firmes automobiles. Ainsi, Citroën a fait cause commune avec l’éditeur italien Kartell dans une scénographie truffée de fragments de carrosseries de C3 Pluriel. De son côté, Lexus a dévoilé le modèle L-Finesse dans une installation imaginée par le designer japonais Tokujin Yoshioka.
Cette dernière manifestation n’est d’ailleurs qu’un exemple de l’offensive nipponne de l’édition 2006. Outre des designers et des architectes (Naoto Fukasawa, Toshiyuki Kita, Shin Azumi, Tomita Kazuhiko, Kazuyo Sejima, Toyo Ito…) de nombreuses firmes ou institutions, dont Miyake Design Studio, Pioneer, Union Corporation et Toto étaient sur le pont.
La société Muji, elle, en a profité pour lancer un concours international de design (www.muji.net/award). Et le prix japonais Good Design Award a fêté ses 50 ans avec une rétrospective. Comme quoi, la renommée du Salon peut aussi servir de rampe de lancement pour produits nouveaux, sinon d’écrin parfait pour la publicité !

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°581 du 1 juin 2006, avec le titre suivant : Milan 2006

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque