Mercredi 21 novembre 2018

Mélik Ohanian, de l’art de l’« importage »

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 février 2003 - 362 mots

Installée en plein cœur culturel de Lyon, avec une vitrine donnant sur la place des Terreaux, face au Palais des beaux-arts, La BF 15 se veut un lieu associatif expérimental fonctionnant « comme un prolongement de l’espace public ». Les artistes invités se doivent donc de prendre en compte un tel positionnement. Originaire de la capitale des Gaules, né en 1969, Mélik Ohanian, dont la jeune carrière se conjugue sur le mode international, y revient le temps d’une exposition en créant deux situations de production auxquelles le public peut justement assister et participer. Une modalité que l’artiste a plusieurs fois mise en œuvre dans des travaux qui invitent le spectateur à intervenir soit en qualité d’acteur soit en simple spectateur. Préoccupée tout à la fois de questions scientifiques, économiques, sociologiques et culturelles, la démarche de Mélik Ohanian vise une exploration du monde qui l’entraîne vers toutes sortes de traversées. « Fondamentalement, dit-il, je crois que l’on invente peu de choses. C’est très important de travailler toujours en écho avec la réalité. » Ohanian va ainsi au-devant du monde en explorateur, à la rencontre de situations et de gens qui détermineront son travail. Selon le principe de cette « esthétique relationnelle » dont Nicolas Bourriaud s’est fait le mentor, Ohanian a notamment imaginé pour Lyon un travail intitulé T-Day. Des t-shirts, pièces uniques destinées à la vente, sont porteurs d’une pensée originale imprimée sur le devant. Tout individu qui veut s’en porter acquéreur peut le faire en échange d’une modeste somme et d’une pensée personnelle, laquelle est alors imprimée sur un nouveau t-shirt vendu à son tour. De la sorte, les uns portent la pensée des autres, quelle que soit la langue dans laquelle cette pensée est imprimée. « Pouvoir créer sa propre temporalité sans être marginal », tel est l’objectif avoué de cet artiste, ancien monteur pour Arte et collaborateur de Pierre Huyghe, qui dit être « dans l’idée d’importage plutôt que de reportage » et dont les installations vidéo jouent volontiers de déplacements d’espace, de temps et de langage en quête de nouveaux territoires.

LYON, La BF 15, place des Terreaux, Ie, tél. 04 78 28 66 63, 15 janvier-8 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : Mélik Ohanian, de l’art de l’« importage »

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque