Matisse et l’Antique

L'ŒIL

Le 1 mai 1999

Henri Matisse écrivait en 1950 dans Traits : « Depuis 40 ans, je vis avec un grand moulage en plâtre de la statue argienne Cléobis... Heureux de ce renouvellement d’intérêt, je me promis sincèrement de communier encore avec elle, le fusain en main, ne doutant pas de l’intérêt qu’elle pouvait encore me donner par de futures révélations. Je compris alors le grand bénéfice que la sensibilité d’un artiste peut tirer de la rencontre d’une œuvre ancienne (...). Cézanne n’a-t-il pas rencontré Poussin ? » Matisse lui-même n’a-t-il pas rencontré maintes fois l’Antiquité ? Ce Kouros qui lui appartenait ainsi que diverses têtes des Cyclades sont présentes dans cette exposition proposée par le nouveau conservateur de ce musée, Marie-Thérèse Pulvénis de Séligny, marquant ainsi les répercussions que la statuaire grecque a eu dans son œuvre : son intérêt pour la perfection des corps, son désir d’atteindre à la sérénité, mais aussi son trait qui devient mouvement, le déhanchement des torses dans Jazz... Il lui restera toujours quelque chose du travail d’après modèle qu’il apprit chez son maître Bouguereau, ce brin d’académisme dans son goût pour le « bien dessiné », le beau, le classique, qu’il transformera en une esthétique particulière de la ligne, souple, mouvante, dansante et musicale, tendant vers cette fameuse « harmonie ». Et dans ses dessins comme dans ses gravures, à travers Ulysse comme à travers Le Minotaure, il évoquera les mythes helléniques, des histoires de dieux à celles des nymphes.

NICE, Musée Matisse, 30 avril-30 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°506 du 1 mai 1999, avec le titre suivant : Matisse et l’Antique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque