MAK, MAC, MACBA... et SMAK

L'ŒIL

Le 1 mai 1999 - 384 mots

Il y avait le MAK à Vienne, le MAC à Marseille, le MACBA à Barcelone. Il faudra désormais compter avec le SMAK de Gand. Si le mot fait référence aux sloops à voile de fortune qui naviguaient le long des côtes hollandaises et écossaises, il évoque plutôt aux oreilles flamandes le serpent de mer de la presse belge depuis maintenant 15 ans.

Aux termes de multiples débats et projets, de laborieuses batailles administratives et politiques, le Stedelijk Museum voor Actuele Kunst (Musée municipal d’Art actuel) ouvre enfin ses portes dans l’espace rénové de l’ancien casino, face au Musée des Beaux-Arts dont il vient de s’émanciper. Sa collection rassemble 2 000 œuvres évoquant les développements internationaux de l’art depuis 1945, avec une place importante réservée aux artistes « du cru » : Pierre Alechinsky, Marcel Broodthaers, Henri Michaux...

Le SMAK se veut un musée d’un genre nouveau. Il revendique tout d’abord la spécificité de sa collection, qui « n’illustre pas de consensus par le biais d’œuvres standard (...) mais choisit des œuvres qui semblent souvent aberrantes et n’acquièrent qu’ultérieurement un caractère référentiel ». Le parcours est conçu comme une exploration nomade « a-chronologique, a-esthétique, a-thématique » comme le déclare Jan Hoet, le directeur du musée. On y découvre un bel ensemble Cobra, avec des œuvres majeures de Karel Appel (Nu barbare, Nu bleu) et d’Asger Jorn.

L’art minimal est particulièrement bien représenté (Carl Andre, Sol LeWitt, Donald Judd) ainsi que l’Arte povera qui forme un champ central de la collection. À noter également, Wirtschaftswerke, œuvre phare de Joseph Beuys, et l’Aeromodeller de Panamarenko, deux installations qui par leurs dimensions trouveront place dans des espaces spécifiques.

Le SMAK entend mener un combat d’avant-garde ainsi qu’une politique d’achat prospective. Wim Delvoye, Thierry de Cordier, Jan Vercruysse, Pipilotti Rist comptent parmi ses toutes dernières acquisitions. Témoin de cette volonté d’ancrage dans la création contemporaine, les appartements et ateliers mis à la disposition des artistes au sein du musée, et l’appel à une vingtaine d’artistes pour concevoir un logo « anti-logo ». Thomas Schütte, Jessica Diamond, Marie-Ange Guilleminot planchent actuellement sur le projet...

GAND, Stedelijk Museum voor Actuele Kunst, Parc de la Citadelle, 9 000 Gand, ouverture le 9 mai, cat. 256 p., 220 ill., 1 200 FB. Renseignements : tél. 9 221 17 03 ; internet : museum.smak@gent.be

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°506 du 1 mai 1999, avec le titre suivant : MAK, MAC, MACBA... et SMAK

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque